Déclenchement de principe du travail chez la femme enceinte : est-ce qu’il existe un risque ?


  • Nathalie Barrès
  • Lecture critique
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Pourquoi est-ce important ?

Le ratio bénéfices/risques lié au déclenchement de l’accouchement à 39 semaines d’aménorrhées (SA) par rapport à une attitude expectative, c’est-à-dire la poursuite de la grossesse, penche plutôt en faveur des bénéfices si l’on consulte les données existantes. Cependant, cette position repose sur de nombreuses études anciennes présentant des biais non négligeables. Sur la base des données les plus pertinentes disponibles, cette revue de la littérature a tenté de répondre à deux questions clés : « Quelle est l’évolution de la mortalité périnatale en fonction de l’âge gestationnel à l’accouchement ? » et « Quels sont les risques liés au déclenchement artificiel du travail ? ». 

Quelle est l’évolution de la mortalité périnatale en fonction de l’âge gestationnel à l’accouchement ?

Un consensus établi le moment « optimal » de l’accouchement à partir de 39 SA, sur la base de larges études récentes de cohortes montrant que la morbidité néonatale diminue progressivement avec l’avancée en âge gestationnel, jusqu’à un nadir à 38-39 SA.

Parmi les études retenues, une étude1a montré qu’une prise en charge expectative augmentait significativement le risque de décès infantile à partir de 39 SA chez les femmes de 35 ans et plus (15,2 vs 10,9/10.000, p<0,05) et chez les femmes plus jeunes (21,3 vs 18,8, p<0,05). L’accouchement à 39 SA minimise le risque de mortalité fœtale et infantile dans les deux groupes. Une autre étude de cohortea montré que le risque de mortinatalité à terme lors d’une prise en charge expectative serait similaire à celui de l’accouchement jusqu’à 38 SA mais serait plus élevé ensuite. Ainsi, la balance risques/bénéfices est en faveur du déclenchement de principe de l’accouchement à partir de 39 SA.

Quels sont les risques liés au déclenchement du travail ?

Plusieurs études de cohorte de large envergure3,4,5 et à la méthodologie rigoureuse ont évalué le déclenchement de principe du travail à 39 SA et montré qu’il réduisait le risque de césarienne par rapport à une stratégie expectative. 

Ainsi, les données de la littérature les plus récentes montrent que le déclenchement de principe du travail est associé à une diminution significative du risque de césarienne et de morbimortalité par rapport à une attitude expectative.