Déclaration commune de l’ESMO-ASCO à l’audition de l’Organisation des Nations unies sur les maladies non transmissibles


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La Société européenne d’oncologie médicale (European Society for Medical Oncology, ESMO) et la Société américaine d’oncologie clinique (American Society of Clinical Oncology, ASCO) ont publié une déclaration commune appelant à un « engagement politique et financier fort pour légiférer et investir dans des actions » visant à réduire le fardeau que font peser les maladies non transmissibles (MNT).

La déclaration a été publiée pour coïncider avec l’Audition de la société civile de l’Organisation des Nations unies (ONU) sur les MNT qui s’est tenue la semaine dernière à New York.

Elle propose des changements au document contenant les éléments de projet pour une Déclaration politique qui seront examinés lors de la prochaine Réunion de haut niveau de l’Assemblée générale de l’ONU sur la prévention et le contrôle des MNT. Parmi les changements proposés figure l’inclusion dans la Déclaration de l’assurance de l’accès aux vaccins pour tous et pour tous les stades de la maladie, même en cas de maladie de stade avancé/métastatique.

Les organisations appellent les chefs d’État et les ministres de la Santé à réitérer leur engagement à réduire la mortalité prématurée par cancer de 25 % d’ici 2025, comme le préconise le Plan d’action mondial de l’OMS pour la lutte contre les MNT, et de 33 % d’ici 2030, comme le préconisent les Objectifs de développement durable de l’ONU pour 2030.

« Il est impératif d’agir maintenant avant que nous soyons submergés par un tsunami de futurs cas de cancer qui vont épuiser nos systèmes de santé et nos économies », mettent-elles en garde.