De nouvelles recommandations relatives aux soins de santé destinés aux réfugiés et aux migrants ont été publiées


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS), en collaboration avec la Commission européenne, a lancé une nouvelle série de recommandations techniques sur la santé des réfugiés et des migrants. 

La série se compose de cinq publications individuelles, chacune d’entre elles fournissant des outils, des études de cas et des bases factuelles qui permettront d’instaurer en connaissance de cause des pratiques et des politiques. 

Les recommandations sur la santé des enfants de réfugiés et de migrants mettent en évidence les facteurs nécessitant une attention particulière lorsque l’on envisage la santé des mineurs, notamment le fait qu’ils soient ou non accompagnés, séparés de leur famille, victimes de la traite et/ou abandonnés.

Les recommandations sur la promotion de la santé mentale et la prestation de soins de santé mentale chez les réfugiés et les migrants passent en revue la prévalence d’affections telles que le stress post-traumatique et les troubles anxieux. 

Les recommandations sur la promotion de la santé en vue d’améliorer la santé des réfugiés et des migrants fournissent des lignes directrices visant à améliorer les activités de promotion de la santé, tandis que les recommandations sur la santé des réfugiés et des migrants plus âgés ont pour objectif de permettre l’élaboration de pratiques éclairées dans ce domaine. 

Les recommandations sur les soins de santé pour les futures mères réfugiées ou migrantes et pour les nouveau-nés identifient les problèmes et les points d’entrée pour les interventions en faveur de la santé des mères réfugiées ou migrantes et de leurs nouveau-nés. 

Cette série de recommandations a été lancée à l’occasion de la Journée internationale des migrants (le 18 décembre), qui s’est déroulée plus tôt cette semaine.