De nouvelles options dans l’hypercholestérolémie homozygote familiale ?

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

L’hypercholestérolémie homozygote familiale (HF) est une pathologie rare caractérisée par des taux sensiblement élevés de cholestérol à lipoprotéines de basse densité (low-density lipoprotein, LDL), une accélération de l’athérosclérose et un risque extrêmement élevé d’événements coronaires dès le plus jeune âge.  Les individus concernés peuvent être de vrais homozygotes avec des mutations des deux allèles du même gène ou, plus fréquemment, des hétérozygotes composés avec des mutations différentes dans chaque allèle du même gène ou des doubles hétérozygotes avec des mutations de deux gènes différents affectant la fonction du récepteur du LDL1.

Les statines et l’aphérèse des lipoprotéines représentent la base du traitement1. Cependant, même avec des traitements supplémentaires, notamment l’évolocumab, le lomitapide et le mipomersen (uniquement aux États-Unis), les patients atteignent rarement l’objectif de cholestérol LDL, avec un impact sur leur espérance de vie et leur qualité de vie. Des options thérapeutiques supplémentaires sont clairement nécessaires ; les nouveaux agents examinés lors de la session sur les études cliniques les plus récentes de mardi ont fourni des données probantes préliminaires sur les nouveaux traitements.

Dans une étude de preuve de concept, l’évinacumab (REGN1500), un anticorps monoclonal humain anti-protéine pseudo-angiopoïétine 3 (angiopoietin-like protein 3, ANGPTL3), a produit une diminution considérable des taux de LDL-C chez quatre patients atteints d’HF homozygote. Selon l’auteur principal, le professeur Daniel Gaudet (Université de Montréal, au Canada) : « Nous vivons une époque très passionnante en ce qui concerne la recherche sur l’HF homozygote, avec de nouveaux traitements développés grâce aux connaissances génétiques. Comme dans le cas du PCSK9, la justification du développement d’un nouvel anticorps monoclonal ciblant l’ANGPTL3 découle de l’observation suivante : dans les familles, les individus présentant des mutations de l’ANGPTL entraînant une perte de fonction ont des taux de cholestérol LDL inférieurs. »

L’ANGPTL3, une protéine exprimée presque exclusivement dans le foie, joue un rôle clé dans le métabolisme des lipoprotéines. Le mécanisme précis de l’anticorps ANGPTL3 n’est pas connu, bien que l’on sache qu’il agit comme un inhibiteur de la lipoprotéine lipase et de la lipase endothéliale, et qu’il favorise le recaptage des lipoprotéines de très basse densité-triglycérides en circulation dans le tissu adipeux blanc2. Des études génétiques ont montré que les personnes présentant une mutation entraînant une perte de fonction de l’anticorps ANGPTL3 avaient des taux de cholestérol LDL inférieurs ; celles qui présentaient deux mutations avec perte de fonction avaient des taux de cholestérol LDL inférieurs de  50 %, mais aussi des taux plasmatiques de triglycérides inférieurs de  75 %, par rapport aux individus non affectés3,4. En outre, des études menées sur des modèles animaux déficients en LDLR ont montré que l’inhibition de l’ANGPTL3 par l’anticorps monoclonal évinacumab avait réduit les lipides plasmatiques5, ce qui suggère un bénéfice potentiel pour les patients atteints d’HF homozygote.

Le professeur Gaudet a présenté les résultats initiaux de quatre patients pour lesquels un génotypage a été réalisé afin de dépister une HF homozygote, inclus dans une étude de phase II en ouvert et en cours, portant sur l’évinacumab6. À l’entrée dans l’étude, tous les patients ont reçu de l’évinacumab 250 mg par voie sous-cutanée (1 dose), une dose de 15 mg/kg par voie intraveineuse à la semaine 2, et deux patients ont reçu des doses uniques de 450 mg par voie sous-cutanée aux semaine...