De nouvelles directives internationales pour la prise en charge du SOPK


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les directives internationales pour l’évaluation et la prise en charge du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) ont été élaborées par le Réseau international sur le SOPK (International PCOS Network) en partenariat avec la Société américaine de médecine reproductive (American Society for Reproductive Medicine, ASRM) et la Société européenne de reproduction humaine et d’embryologie (European Society of Human Reproduction and Embryology, ESHRE).

Les organisations ont indiqué que le diagnostic et le traitement du SOPK restent controversés. Elles font état de l’existence de difficultés dans la définition de composants individuels au sein des critères diagnostiques, d’une série de phénotypes, de différences ethniques et d’une variation dans les caractéristiques cliniques au cours de la vie. Ces facteurs contribuent à des variations dans les diagnostics et les soins selon les régions géographiques et les groupes de professionnels de santé, ce qui donne lieu à des retards de diagnostic et à une insatisfaction vis-à-vis des soins, affirment-elles.

« Dans ce contexte, il était impératif d’élaborer et de mettre en œuvre des directives internationales basées sur les faits pour l’évaluation et la prise en charge du SOPK, en abordant les caractéristiques psychologiques, métaboliques et reproductives du SOPK, en favorisant des soins homogènes ayant une base factuelle ainsi qu’en orientant et en encourageant la recherche sur le SOPK », mentionne le document d’orientation.

Ces directives représentent l’aboutissement des travaux de plus de 3 000 professionnels de santé et consommateurs à l’échelle internationale. Trente-sept organisations de 71 pays ont collaboré, avec 23 réunions internationales en personne organisées sur une période de 15 mois. Soixante questions cliniques prioritaires ont été identifiées, ce qui a conduit à la création de 166 recommandations et points liés à la pratique.

Les directives sont consultables ici.