De nouveaux locus et gènes de susceptibilité au risque de cancer de la prostate ont été découverts


  • Priscilla Lynch
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Des chercheurs ont identifié de nouveaux locus génétiques du cancer de la prostate et gènes en cause potentiels, faisant ainsi progresser la compréhension des mécanismes moléculaires à l’origine du cancer de la prostate.

Les variants conférant un risque de cancer de la prostate déjà identifiés dans une étude d’association pangénomique expliquent une part relativement faible de son risque relatif familial, et les gènes responsables d’un grand nombre de ces associations identifiées restent inconnus.

Pour découvrir de nouveaux locus génétiques du cancer de la prostate et gènes en cause potentiels dans les locus de risque précédemment identifiés, les chercheurs ont réalisé une étude d’association à l’échelle du transcriptome entier chez 79 194 cas et 61 112 témoins d’ascendance européenne.

À l’aide des données du projet d’expression génotypique-tissulaire (Genotype-Tissue Expression Project), les chercheurs ont établi des modèles génétiques afin de prédire l’expression génique dans le transcriptome pour des modèles de la prostate et des modèles de différents tissus. Ils ont évalué les performances des modèles en utilisant deux ensembles de données indépendants.

Ils ont identifié des associations significatives pour 137 gènes au seuil de (P inférieur à 2,61 × 10-6), un seuil corrigé de Bonferroni, dont 9 gènes qui sont restés significatifs après une correction pour prendre en compte tous les variants connus pour conférer un risque de cancer de la prostate dans les régions à proximité.

Sur les 128 gènes associés restants, 94 n’avaient pas été rapportés auparavant comme étant des gènes potentiels associés au cancer de la prostate.

Les chercheurs ont procédé au silençage de 14 gènes, et un grand nombre d’entre eux ont démontré un effet constant sur la viabilité et l’efficacité à former des colonies dans 3 lignées cellulaires.

Les résultats ont été publiés dans la revue Cancer Research.