De nombreux médicaments fréquemment utilisés pourraient avoir un impact sur le microbiome


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle recherche présentée à l’occasion de l’édition 2019 de la Semaine de l’Association européenne de gastro-entérologie unifiée (United European Gastroenterology) a révélé que 18 catégories de médicaments fréquemment utilisés affectent largement la structure taxonomique et le potentiel métabolique du microbiome intestinal. 

Pour les besoins de l’étude, les chercheurs du Centre médical universitaire de Groningue (University Medical Center Groningen) et du Centre médical universitaire de Maastricht (Maastricht University Medical Center) aux Pays-Bas ont étudié la relation entre 41 médicaments fréquemment utilisés et les changements microbiens intestinaux. À cette fin, ils ont réalisé un séquençage métagénomique de 1 883 échantillons fécaux frais congelés provenant de 3 cohortes indépendantes : une cohorte populationnelle, des patients atteints d’une maladie entérique inflammatoire et des patients atteints d’un syndrome du côlon irritable mélangés à des témoins en bonne santé. 

Sur 41 catégories de médicaments, 18 ont été associées à des changements de la composition et/ou de la fonction du microbiote intestinal, les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP), la metformine, les antibiotiques et les laxatifs ayant l’impact le plus important. Après une correction pour prendre en compte la polypharmacie, sept catégories de médicaments sont restées significatives. 

Le microbiote intestinal des utilisateurs d’IPP a montré une abondance accrue de bactéries dans le tractus gastro-intestinal supérieur et une augmentation de la production d’acides gras, tandis que les utilisateurs de metformine avaient des niveaux plus élevés d’Escherichia coli. L’utilisation de stéroïdes oraux a été associée à des niveaux élevés de bactéries méthanogènes, lesquelles ont été associées à l’obésité. 

Les auteurs ont également identifié un accroissement des mécanismes de résistance aux antibiotiques lié à huit catégories de médicaments différentes.