De faibles taux d’oméga-3 pourraient être un facteur de risque de naissance prématurée


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une faible concentration plasmatique d’acide eicosapentaénoïque et d’acide docosahéxaénoïque pourrait être un facteur de risque important de naissance très prématurée ultérieure. C’est ce que suggère une nouvelle étude publiée dans la revue EBioMedicine.

Pour les besoins de l’étude, les chercheurs ont examiné les données de la cohorte nationale danoise de naissance et ont identifié 376 cas de naissance très prématurée (moins de 34 semaines de gestation) et 348 témoins aléatoires. L’acide eicosapentaénoïque plus l’acide docosahéxaénoïque plasmatiques (AEP + ADH exprimés en pourcentage des acides gras totaux) ont été mesurés à deux reprises durant la grossesse. 

Les femmes qui se situaient dans le quintile inférieur concernant le taux sérique d’AEP + ADH, avec des taux d’AEP + ADH de 1,6 % ou moins des acides gras totaux contenus dans le plasma, avaient un risque 10 fois plus élevé de naissance très prématurée, par rapport aux femmes situées dans les trois quartiles supérieurs, dont les taux d’AEP + ADH étaient de 1,8 % ou plus. Les femmes situées dans le second quintile inférieur avaient un risque multiplié par 2,86, par rapport aux femmes situées dans les trois quintiles supérieurs.

« Il sera important de reproduire ces résultats dans d’autres populations, mais les résultats de cette étude suggèrent assurément que l’évaluation du statut plasmatique de l’AEP + ADH chez les femmes pourrait servir dans le futur à aider à prédire le risque chez les femmes », a déclaré le co-auteur de l’étude, Jeremy Furtado, chercheur scientifique principal à l’École de santé publique T.H Chan de Harvard (Harvard Chan School) aux États-Unis.