De faibles doses de radiation pourraient être préjudiciables pour la santé cardiovasculaire

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

Les résultats d’une nouvelle étude suggèrent qu’une faible exposition à des radiations ionisantes, à des doses d’environ 0,5 Gy, l’équivalent des doses reçues lors de la réalisation de scanners à répétition, est associée à un risque nettement accru de lésions cardiovasculaires, même des décennies après l’exposition.

Les scientifiques du Centre de recherche allemand pour la santé environnementale ont étudié la réponse des cellules endothéliales des artères coronaires humaines à une dose de radiation relativement faible de 0,5 Gy. Ils ont découvert que plusieurs altérations permanentes sont survenues au niveau des cellules et qu’elles étaient susceptibles de porter atteinte à leur fonction essentielle, notamment l’inhibition de l’activation de l’oxyde nitrique synthase endothéliale (endothelial Nitric Oxide Synthase, eNOS). Les cellules endommagées par les radiations à faible dose ont également produit des quantités accrues d’espèces réactives de l’oxygène (ERO).

Les cellules endothéliales cardiaques exposées se sont également avérées avoir une capacité réduite de dégradation des protéines oxydées et vieillir prématurément. Ces modifications néfastes ne se sont pas produites immédiatement, mais ont commencé à apparaître à plus long terme.

Écrivant dans la revue International Journal of Radiation Biology, les auteurs ont affirmé que les changements observés sont révélateurs d’un dysfonctionnement prématuré à long terme et suggèrent une explication mécanique aux données épidémiologiques montrant un risque accru de maladie cardiovasculaire après une exposition à des radiations à faible dose.