DDW 2019—La transplantation de matière fécale pourrait être utile dans le cadre du traitement de l’obésité


  • Sean Henahan
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

  • Une étude pilote suggère pour la première fois qu’une modification de la composition du microbiote intestinal pourrait contribuer à réduire l’obésité.

Pourquoi est-ce important 

  • L’obésité a atteint des proportions épidémiques dans l’ensemble du monde développé, et les options médicales et chirurgicales ne permettent pas actuellement d’y faire face.
  • La transplantation de matière fécale semblait prometteuse chez certains patients qui présentaient par ailleurs des difficultés à perdre du poids.

Protocole de l’étude 

  • Étude pilote de 12 semaines.
  • 22 patients obèses ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir un placebo ou une transplantation de microbiote fécal (TMF).
  • Les patients ont reçu une TMF sous la forme de 30 gélules suivies de 2 doses de 12 gélules sur 12 semaines, ou ont reçu des gélules placebo identiques.
  • Les patients étaient par ailleurs en bonne santé métabolique.
  • La TMF provenait d’un seul donneur sain.

Principaux résultats 

  • Des études en laboratoire ont démontré des signes globaux de prise de la greffe de la communauté provenant du donneur après la TMF. Cela a été signalé par une augmentation de la diversité bactérienne locale et par la correspondance avec les échantillons provenant du donneur de la TMF.
  • L’analyse des acides biliaires dans le groupe TMF a démontré une diminution de l’acide taurocholique, pour atteindre un niveau semblable au taux observé chez les donneurs. Ce n’était pas le cas dans le groupe placebo.
  • Aucun changement précoce de l’IMC n’a été noté dans les deux groupes.
  • Il n’y a eu aucun événement indésirable grave dans les deux bras.

Limites 

  • Les investigateurs notent la nécessité d’études plus longues portant sur plusieurs doses.