Dans le cadre du COE à la limite de la résécabilité, une RCT néoadjuvante est associée à un bénéfice

  • Suzuki T & al.
  • Ann Surg Oncol
  • 9 déc. 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une radiochimiothérapie néoadjuvante (RCTNA) à base de cisplatine et de fluorouracile a permis d’obtenir un taux de résection R0 de 44 %, dans le cadre du carcinome œsophagien épidermoïde à la limite de la résécabilité (COE-LR).

Pourquoi est-ce important ?

  • Les données concernant les stratégies de traitement dans le cadre du COE-LR sont limitées.

Protocole de l’étude

  • Une analyse rétrospective a été réalisée à partir de patients ayant fait l’objet d’une RCTNA à base de cisplatine et de fluorouracile associés à une irradiation (40 Gy, n = 50).
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • 44 % des patients ont obtenu une résection curative clinique (groupe R0).
  • Le groupe R0 a obtenu une survie globale (SG) médiane plus longue :
    • 2,4 ans contre 0,8 an ;
    • rapport de risque (RR) de 0,29 (P 
  • 27 patients ont fait l’objet d’une intervention chirurgicale après la RCTNA :
    • 14 ont reçu 1 cycle de chimiothérapie, et 11 (79 %) ont obtenu une résection R0 ; 
    • 13 ont reçu 2 cycles de chimiothérapie, et 11 (85 %) ont obtenu une résection R0.
  • Les patients présentant un taux d’antigène du carcinome épidermoïde (CE) sérique plus élevé (supérieur à 2 ng/ml) avant la RCTNA ont obtenu :
    • une SG moins favorable : 0,8 an contre 2,5 ans (rapport de risque [RR] : 5,4 ; P 
    • une tendance à une survie sans rechute moins favorable : 0,4 an contre 1,8 an (RR : 2,43 ; P = 0,22).
  • Un taux d’antigène du CE sérique plus élevé avant la RCTNA était associé à une résection non R0 (rapport de cotes [RC] : 8,62 ; P 
  • Lors de l’analyse multivariée, un taux élevé d’antigène du CE sérique était un facteur prédictif d’une survie moins favorable : RR de 7,03 (P 

Limites

  • Population de patients japonais.
  • Protocole rétrospectif.