Dans le cadre du cholangiocarcinome intrahépatique à ganglions positifs, un traitement agressif est adapté

  • HPB

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Après une chimiothérapie et une chirurgie, aucune différence de survie n’a été observée chez les patients atteints d’un cholangiocarcinome intrahépatique à ganglions lymphatiques cliniquement positifs (GLPc) et à ganglions lymphatiques positifs confirmés sur le plan pathologique (GLPp).

Pourquoi est-ce important ?

  • La présence de métastases des ganglions lymphatiques ne devrait pas être une contre-indication à la résection.

Protocole de l’étude

  • Une analyse rétrospective a été réalisée à partir de dossiers médicaux issus de la base de données nationale américaine du cancer (National Cancer Database ; n = 1 023).
  • Financement : Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH).

Principaux résultats

  • 23 % des patients ont fait l’objet d’une résection. 15 % ont fait l’objet d’une résection et d’une chimiothérapie. 67 % des chimiothérapies étaient adjuvantes, et 33 % néoadjuvantes. Aucune différence n’a été observée au niveau de la SG en fonction de la séquence de chimiothérapie.
  • La survie médiane était de 13,6 mois.
  • Aucune différence n’a été observée au niveau de la survie entre la résection seule (12,5 mois) et la chimiothérapie seule (11,9 mois ; P = 0,226).
  • Un traitement combiné par résection et chimiothérapie était associé à une survie plus longue (médiane : 22,5 mois ; P 
  • Une analyse multivariée a montré qu’un traitement combiné par résection et chimiothérapie améliorait la survie (rapport de risque [RR] : 0,53 ; P 
  • Aucune différence de survie n’a été observée chez les patients faisant l’objet d’une chimiothérapie et d’une résection sur la base du statut GLPc (22,5 mois) ou GLPp (19,3 mois ; P = 0,995).

Limites

  • Analyse rétrospective.