Dans le cadre du CHC non résécable, la QdV est meilleure avec l’association atézolizumab et bévacizumab

  • Galle PR & al.
  • Lancet Oncol

  • Univadis
  • content_folder.clinical_summaries_univadis_global.label
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’association atézolizumab et bévacizumab permet d’obtenir des scores de qualité de vie (QdV) plus élevés, comparativement au sorafénib, dans le cadre du carcinome hépatocellulaire (CHC) non résécable.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les résultats rapportés par les patients fournissent des données probantes directes d’un effet du traitement.

Méthodologie

  • Un essai de phase III randomisé a été mené en ouvert (IMbrave150 ; N = 454).
  • Les participants ont rempli le questionnaire sur la QdV à 30 items de l’Organisation européenne pour la recherche et le traitement du cancer (European Organisation for Research and Treatment of Cancer, EORTC) pour les échelles des symptômes génériques du cancer (Quality of Life Questionnaire-Core 30, QLQ-C30).
  • Financement : F. Hoffmann-La Roche ; Genentech.

Principaux résultats

  • Les patients du groupe atézolizumab et bévacizumab étaient moins susceptibles (rapport de risque [RR] pour tous ; IC à 95 %) que ceux du groupe sorafénib de présenter des scores de QdV réduits pour plusieurs mesures, notamment :
    • la perte d’appétit : 0,57 (0,40–0,81) ;
    • la diarrhée : 0,23 (0,16–0,34) ;
    • la fatigue : 0,61 (0,46–0,81) ;
    • la douleur : 0,46 (0,34–0,62).
  • Les patients du groupe atézolizumab et bévacizumab étaient moins susceptibles de présenter une réduction pour deux échelles de symptômes spécifiques à la maladie prédéfinis :
    • la fatigue : 0,60 (0,45–0,80) ;
    • la douleur : 0,65 (0,46–0,92).
  • Au début du cinquième cycle de traitement, les variations moyennes des sous-scores du QLQ-C30 de l’EORTC, comparativement à l’inclusion, étaient les suivantes pour l’association atézolizumab et bévacizumab, par rapport au sorafénib :
    • QdV : -3,29, contre -5,83.
    • Fonctionnement domestique et professionnel : -4,02, contre -9,76.
    • Fonctionnement physique : -3,77, contre -7,60.

Limites

  • Il s’agit d’un critère d’évaluation secondaire.