Dans le cadre du CCRm avec une atteinte hépatique, les approches chirurgicales produisent des résultats similaires

  • Ghiasloo M & al.
  • Eur J Surg Oncol
  • 6 mars 2020

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une méta-analyse en réseau révèle qu’il existe peu de différences au niveau des résultats avec l’utilisation d’une approche ciblant d’abord l’intestin (Bowel-First Approach, BFA), d’une approche ciblant d’abord le foie (Liver-First Approach, LFA) ou d’une chirurgie simultanée (CSM), chez des patients atteints d’un cancer colorectal métastatique (CCRm) avec des métastases hépatiques.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les résultats suggèrent que les plans de traitement doivent être adaptés aux caractéristiques oncologiques, techniques et cliniques de chaque patient.

Protocole de l’étude

  • Une revue systématique et une méta-analyse en réseau ont comparé les approches BFA, LFA et CSM (44 études ; N = 10 848 ; BFA : 68,24 % ; CSM : 22,04 % ; LFA : 9,72 %).
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • Non-achèvement du traitement prévu (incapacité à réaliser les deux interventions comme prévu chez les patients ne faisant pas l’objet d’une chirurgie simultanée ; 8 études ; n = 1 370) :
    • La LFA était associée à un non-achèvement plus fréquent, comparativement à :
      • la CSM : 33,73 %, contre 18,98 % (rapport de cotes [RC] pour la CSM, comparativement à la LFA : 0,25 ; P = 0,0008) ;
      • la BFA : 5,98 % (RC pour la LFA, comparativement à la BFA : 7,54 ; P = 0,0001).
    • Aucune différence significative n’a été observée entre les approches CSM et BFA.
  • Morbidité majeure (grade 3 ou supérieur, selon la classification de Clavien-Dindo : 14 études) :
    • Plus fréquente avec la CSM, comparativement à la LFA : RC de 3,45 (P = 0,05).
    • Aucune différence entre la LFA et la BFA, ou entre la CSM et la BFA.
  • La CSM était associée à une survie globale (SG) à cinq ans plus élevée, comparativement à la LFA (RC : 0,47 ; P = 0,02). 
  • Aucune différence n’a été observée en termes de SG entre la CSM et la BFA, ou entre la LFA et la BFA.

Limites

  • Parmi les 44 études, 43 étaient rétrospectives et 1 était prospective.