Dans le cadre du carcinome rectal de stade II/III, la chirurgie mini-invasive permet d’obtenir de bons résultats

  • Lee GC & al.
  • Surg Endosc
  • 16 déc. 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une analyse rétrospective révèle que la chirurgie mini-invasive (CMI) est associée à de meilleurs résultats de sécurité d’emploi et de survie que la résection ouverte dans le cadre du cancer rectal de stade II/III.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les essais contrôlés randomisés ayant comparé des techniques ouvertes et des techniques mini-invasives dans le cadre du cancer rectal ont produit des résultats contradictoires.

Protocole de l’étude

  • Une analyse rétrospective a été réalisée à partir de la base de données nationale américaine sur le cancer (National Cancer Database) entre 2010 et 2015 (N = 31 190).
  • Financement : Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH).

Principaux résultats

  • 52,8 % des cas ont fait l’objet d’une chirurgie ouverte, 47,2 % d’une CMI (laparoscopie : 26,2 % ; laparoscopie convertie en chirurgie ouverte : 4,8 % ; robotique : 15,0 % ; robotique convertie en chirurgie ouverte : 1,2 %).
  • 15,6 % des laparoscopies et 7,4 % des procédures robotiques ont été converties en chirurgies ouvertes.
  • Après une correction pour prendre en compte les caractéristiques du patient, de la tumeur et de l’établissement, la CMI était associée aux résultats suivants :
    • Risque plus faible de marges de résection circonférentielles positives : rapport de cotes (RC) de 0,82 (P = 0,003).
    • Probabilité plus élevée de prélever 12 ganglions lymphatiques ou plus : RC de 1,12 (P = 0,004).
  • La CMI était également associée aux résultats suivants :
    • Probabilité plus faible que l’hospitalisation dure 7 jours ou plus (P 
    • Amélioration de la SG (rapport de risque [RR] : 0,90 ; P = 0,01).
  • Cependant, la CMI était associée à une augmentation de la fréquence des réadmissions imprévues : RC de 1,16 (P = 0,03).
  • Les analyses des sous-ensembles de procédures de CMI converties en chirurgies ouvertes n’ont révélé aucune association avec le taux de marges circonférentielles positives, la durée de l’hospitalisation, la mortalité à 30 jours ou la mortalité à 90 jours (comparativement aux chirurgies ouvertes).

Limites

  • Analyse rétrospective.