Dans le cadre du cancer œsophagien avec atteinte des ganglions lymphatiques, le traitement adjuvant peut être utile

  • Semenkovich TR & al.
  • Ann Thorac Surg
  • 20 juin 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une étude rétrospective de patients présentant un cancer œsophagien avec atteinte des ganglions lymphatiques (GL) après un traitement néoadjuvant a montré une meilleure SG associée à un traitement adjuvant.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’atteinte des GL après un traitement néoadjuvant est un indicateur de diagnostic défavorable, mais deux petites études et une étude de la base de données nationale sur le cancer (National Cancer Database) examinant l’effet du traitement adjuvant ont donné des résultats mitigés.
  • L’étude utilise une base de données plus grande et plus détaillée afin d’examiner si le traitement adjuvant améliore la survie dans cette population.

Protocole de l’étude

  • Une étude de cohorte rétrospective multicentrique (n = 1 082) a été menée.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • 19,3 % des patients ont reçu un traitement adjuvant. Parmi les patients ayant reçu un traitement adjuvant, 79,9 % ont reçu une chimiothérapie adjuvante seule, 14,4 % une radiochimiothérapie, et 5,7 % une radiothérapie seule.
  • Le traitement adjuvant a été associé à une survie de Kaplan-Meier médiane plus longue après la résection (2,6 contre 2,3 ans). Le bénéfice de survie était plus important dans la première partie des courbes (P Wilcoxon = 0,02 ; P logarithmique par rangs = 0,06).
  • La modélisation des risques proportionnels de Cox a mis en évidence une association entre le traitement adjuvant et la mortalité (rapport de risque [RR] : 0,76 ; P = 0,005), après une correction selon une gamme de facteurs démographiques et cliniques.

Limites

  • Analyse rétrospective.