Dans le cadre du cancer du poumon, l’irradiation thoracique est associée à des dépôts de CAC

  • Yakupovich A & al.
  • J Thorac Dis
  • 1 mars 2020

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le risque de nouveaux dépôts de calcium dans les artères coronaires (CAC) est accru chez les patients atteints d’un cancer du poumon qui font l’objet d’une irradiation thoracique (IRT).
  • Ces patients présentent un risque plus de trois fois plus élevé de nouveaux dépôts de CAC, ce qui constitue un facteur prédictif important de maladie coronarienne.

Pourquoi est-ce important ?

  • Malgré les progrès technologiques dans le domaine de l’IRT, les patients atteints d’un cancer du poumon pourraient toujours présenter un risque élevé de lésions cardiaques associées aux rayonnements.

Protocole de l’étude

  • 100 patients atteints d’un cancer du poumon et traités par IRT (n = 35) ou non (n = 65) ont été inclus.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • Les doses moyennes et maximales globales de rayonnement étaient de 11,61 et 52,1 Gy pour le cœur entier, et de 19,9 et 30,7 Gy pour l’artère coronaire proximale descendante antérieure gauche (DAG).
  • Un nombre significativement plus élevé de patients ayant fait l’objet d’une IRT ont développé des dépôts de CAC dans :
    • 1 ou plusieurs artères coronaires majeures : 48,6 %, contre 24,6 % (P = 0,01) ; 
    • l’artère DAG : 37,1 %, contre 13,8 % (P = 0,007) ; 
    • l’artère coronaire circonflexe (Cx) gauche : 22,9 %, contre 6,2 % (P = 0,01).
  • Les patients ayant fait l’objet d’une IRT ont présenté une extension du CAC significativement plus importante au niveau de la DAG (P = 0,003), de l’artère Cx (P = 0,03), de l’arc aortique (P = 0,003) et de l’aorte descendante (P = 0,009).
  • Ils ont également présenté une progression significativement plus importante de la sévérité du CAC dans la DAG (P = 0,005) et la Cx (P = 0,01).
  • L’exposition aux rayonnements était le seul facteur associé au développement de nouveaux dépôts de CAC : rapport de cotes corrigé (RCc) de 3,1 (P = 0,03).

Limites

  • Étude rétrospective monocentrique.