Dans le cadre du cancer du pancréas, la chirurgie est associée à une amélioration de la survie chez les patients âgés

  • Park HM & al.
  • BMC Cancer
  • 12 nov. 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une petite analyse rétrospective révèle que la chirurgie est associée à une amélioration du taux de survie, comparativement à l’absence de chirurgie, chez les patients âgés atteints d’un cancer du pancréas.

Pourquoi est-ce important ?

  • Traditionnellement, les patients âgés ne font pas l’objet d’une chirurgie par crainte des complications, mais des études récentes ont montré que la chirurgie n’était associée à aucune différence au niveau de la mortalité à 90 jours ou de la morbidité sévère chez les patients âgés.

Protocole de l’étude

  • Une analyse rétrospective a été réalisée à partir des dossiers médicaux du Centre national coréen de lutte contre le cancer (n = 49 ; âge supérieur ou égal à 75 ans ; 38 patients ayant fait l’objet d’une intervention chirurgicale ; 11 patients n’ayant pas fait l’objet d’une chirurgie).
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • Interventions chirurgicales : Opération de Whipple (6 interventions chirurgicales), pancréatoduodénectomie avec conservation du pylore (16 interventions chirurgicales), pancréatectomie totale (4 interventions chirurgicales), pancréatectomie distale (12 interventions chirurgicales).
  • Groupe sans chirurgie : trois patients n’ont pas pu faire l’objet d’une chirurgie en raison d’un mauvais était de santé ; huit ont refusé la chirurgie ou tout autre traitement.
  • Le groupe chirurgie a obtenu une durée de survie médiane plus longue après le diagnostic (17 ± 5,5 mois contre 10 ± 2,8 mois).
  • L’analyse univariée a révélé que le fait de ne pas faire l’objet d’une résection chirurgicale était un facteur de risque pour la survie globale (SG ; rapport de risque [RR] : 2,412 ; P = 0,022), tout comme un indice de comorbidité Charlson élevé (RR : 5,252 ; P = 0,014).
  • Le taux de survie à 2 ans était de 40,7 % dans le groupe chirurgie et de 0 % dans le groupe sans chirurgie (P = 0,015).
  • La survie médiane était plus élevée dans le groupe chirurgie : 22 mois, contre 14 mois.
  • 31,6 % présentaient des complications postopératoires de grades III/IV selon la classification de Clavien-Dindo.

Limites

  • Analyse rétrospective.
  • Population coréenne.