Dans deux essais menés dans le cadre de la WHI, le traitement hormonal de la ménopause démontre un impact mitigé sur le cancer du sein

  • Chlebowski RT & al.
  • JAMA
  • 28 juil. 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Menés dans le cadre de l’Initiative américaine pour la santé des femmes (Women’s Health Initiative, WHI), 2 essais cliniques randomisés (ECR) démontrent qu’après 20,3 ans de suivi, le traitement hormonal de la ménopause a un effet mitigé sur l’incidence et la mortalité du cancer du sein.
  • Les résultats dépendent du type de traitement et de la réalisation ou non d’une hystérectomie avant le début de l’essai.

Pourquoi est-ce important ?

  • Un éditorial accompagnant l’étude observe que ces résultats sont « peu susceptibles d’entraîner une utilisation de l’hormonothérapie dans le seul but de réduire le risque de cancer du sein, mais qu’ils peuvent quelque peu rassurer les femmes qui prennent des œstrogènes seuls quant au fait qu’ils n’augmentent pas le risque de cancer du sein avec le temps ».

Méthodologie

  • Il s’agit des résultats combinés de 2 ECR (n = 27 347) avec une durée de suivi médiane de 20,3 ans.
  • Un essai portait sur les œstrogènes conjugués équins associés à de la médroxyprogestérone ; l’autre portait sur les œstrogènes conjugués équins seuls.
  • Financement : Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH).

Principaux résultats

  • Les femmes ayant fait l’objet d’une hystérectomie avant le début de l’essai portant sur les œstrogènes conjugués équins seuls, comparativement à un placebo, présentaient :
    • une incidence de cancer du sein plus faible : rapport de risque (RR) de 0,78 (P = 0,005) ;
    • une mortalité liée au cancer du sein plus faible : RR de 0,60 (P = 0,04).
  • Les femmes présentant un utérus intact au début de l’essai portant sur les œstrogènes conjugués équins associés à de la médroxyprogestérone, comparativement à un placebo, affichaient :
    • une incidence de cancer du sein plus élevée : RR de 1,28 (P 
    • Aucune différence n’a été observée au niveau de la mortalité liée au cancer du sein.

Limites

  • Seule une préparation de traitement hormonal de la ménopause a été évaluée.