CVSEM récidivant : la chimiorésection intensive à court terme est sûre et induit une bonne réponse

  • Lindgren MS & et al.
  • Eur Urol
  • 28 juil. 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La chimiorésection intensive à court terme par mitomycine C entraîne une réponse tumorale de 57 % chez les patients atteints d’un cancer de la vessie de stade Ta récidivant.
  • Le traitement est associé à moins d’effets indésirables cliniquement significatifs, par rapport à la résection transurétrale standard de la tumeur de la vessie (RTUTV).

Pourquoi est-ce important ?

  • La chimiorésection intensive à court terme pourrait être une option non chirurgicale pour les patients plus âgés présentant plusieurs comorbidités.

Méthodologie

  • L’étude DaBlaCa-13 portait sur 120 patients atteints d’un cancer de la vessie sans envahissement musculaire (CVSEM) récidivant de stade Ta, affectés de manière aléatoire pour recevoir : 
    • Intervention : de la mitomycine C intravésicale trois fois par semaine, pendant deux semaines.
    • Témoin : la RTUTV et des instillations adjuvantes.
  • Critère d’évaluation principal : la réponse tumorale dans le groupe d’intervention à quatre semaines.
  • Financement : Société danoise de lutte contre le cancer ; autres.

Principaux résultats

  • 57 % des patients du groupe de l’intervention ont obtenu une réponse tumorale complète (IC à 95 % : 43–70 %).
  • Aucune différence n’a été observée en termes de réponse tumorale entre les tumeurs de grade faible et élevé (P = 0,7).
  • Un nombre élevé de tumeurs récidivantes à l’inclusion a été associé à un risque plus élevé de réponse incomplète (rapport de cotes [RC] : 1,65 ; P = 0,02).
  • Aucune toxicité de grade 4 n’a été signalée.
  • Trois événements indésirables de grade 3 ont été observés dans le groupe témoin.
  • Les patients du groupe de l’intervention ont rapporté une incidence significativement plus faible de dysurie (différence : 20 % ; P = 0,03), de pollakiurie (différence : 25 % ; P = 0,007) et d’éruption cutanée palmaire (différence : 18 % ; P = 0,002).

Limites

  • Essai en ouvert.