CVSEM : le célécoxib ne permet pas de réduire le risque de récidive dans l’essai britannique BOXIT

  • Kelly JD et al.
  • Eur Urol
  • 1 oct. 2018

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le célécoxib, un inhibiteur de la cyclo-oxygénase 2 (COX-2), ne permet pas de réduire le risque de récidive chez les patients à risque intermédiaire/élevé atteints d’un cancer de la vessie sans envahissement musculaire (CVSEM).
  • Le délai jusqu’à la récidive était significativement plus long chez les patients de stade pT1 recevant du célécoxib.

Pourquoi est-ce important ?

  • Un inhibiteur non sélectif de COX-2, tel que l’aspirine, pourrait être efficace chez les patients atteints d’un cancer de la vessie avec surexpression de COX-2.

Protocole de l’étude

  • L’essai de phase III en double aveugle BOXIT a évalué 472 patients à risque intermédiaire/élevé atteints d’un CVSEM, randomisés pour recevoir du célécoxib ou un placebo.
  • Financement : Centre de recherche sur le cancer au Royaume-Uni (Cancer Research UK) ; Alliance Pharma plc.

Principaux résultats

  • La durée médiane de suivi était de 44 mois.
  • Aucune différence significative n’a été observée dans le taux de survie sans récidive à trois ans entre le célécoxib et le placebo :
    • dans l’ensemble : 68 % contre 64 % (RR : 0,82 ; P = 0,2) ;
    • patients à risque intermédiaire : 75 % contre 68 % (RR : 0,77 ; P = 0,2) ;
    • et patients à risque élevé : 52 % contre 50 % (RR : 0,90 ; P = 0,7).
  • Le délai jusqu’à la récidive était significativement plus long chez les patients de stade pT1 traités par célécoxib, comparativement au placebo (RR : 0,53 ; Pinteraction = 0,04).
  • L’incidence d’événements cardiovasculaires graves était plus élevée dans le groupe célécoxib (5,2 %) que dans le groupe placebo (1,7 %).
  • Le taux de progression à trois ans chez les patients à risque élevé était similaire sous célécoxib et placebo (10 % contre 9,7 % ; P logarithmique par rangs = 0,8).
  • La SG à trois ans était similaire dans les deux groupes (RR : 1,21 ; P = 0,5).

Limites

  • L’expression de COX-2 à l’entrée dans l’étude n’a pas été rapportée.