CVEM : un report de la CR après une CTNA ou une RTUTV est associé à une survie plus défavorable

  • Chu AT & al.
  • Cancer
  • 6 mars 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’un cancer de la vessie avec envahissement musculaire (CVEM), un délai de plus de 12 semaines entre la résection transurétrale d’une tumeur de la vessie (RTUTV) et la cystectomie radicale (CR) ou de plus de 11 semaines entre la chimiothérapie néoadjuvante (CTNA) et la CR est associé à une SG plus défavorable.
  • Un quartier rural et un changement de professionnel entre la RTUTV et la CR étaient associés à un report de la CR sans CTNA.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats soulignent les disparités sanitaires concernant l’accès en temps opportun aux soins chirurgicaux complexes et la coordination des soins.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée auprès de 1 509 patients atteints d’un CVEM et ayant fait l’objet d’une CR.
  • Financement : Allocation de mobilité de la Faculté de médecine III de l’Université de Washington (University of Washington School of Medicine III Relocation Stipend) et Fondation Howard J. Cohen pour la lutte contre le cancer de la vessie (Howard J. Cohen Bladder Cancer Foundation).

Principaux résultats

  • 18 % des patients ont fait l’objet d’une CTNA.
  • Le délai moyen entre la RTUTV et la CTNA était de 69 jours.
  • Le délai avant la CR n’a pas réduit pas la survie chez les patients de plus de 80 ans (P = 0,67).
  • Un délai de plus de 12 semaines entre la RTUTV et la CR, ou de plus de 11 semaines entre la CTNA et la CR, était associé à une augmentation du risque de mortalité globale, comparativement à une chirurgie réalisée en temps opportun :
    • en l’absence d’une CTNA (âge inférieur à 80 ans) : RR de 1,34 (IC à 95 % : 1,03–1,76) ;
    • après une CTNA (ensemble des patients) : RR de 1,63 (IC à 95 % : 1,06–2,52).
  • Les facteurs associés à un report de la CR chez les patients n’ayant pas fait l’objet d’une CTNA étaient le fait d’habiter dans un quartier non métropolitain ou très pauvre, un changement de professionnel entre la RTUTV et la CR, et le fait d’être de sexe masculin.
  • Chez les patients ayant fait l’objet d’une CTNA, des ganglions lymphatiques positifs étaient associés à une augmentation de la mortalité.

Limites

  • Conception rétrospective.