CVEM : l’efficacité de la CTNA s’avère supérieure à celle de la CTA en ce qui concerne la SSM

  • Del Bene G & al.
  • Front Oncol
  • 1 janv. 2018

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les hommes atteints d’un cancer de la vessie avec envahissement musculaire (CVEM), la chimiothérapie néoadjuvante (CTNA) était associée à une meilleure SSM, comparativement à la chimiothérapie adjuvante (CTA), mais pas à une meilleure SG ou survie spécifique au cancer (SSC).
  • Après la CTNA, les patients présentant une réponse pathologique complète (pT0), comparativement à ceux présentant une maladie résiduelle (pT1 ou supérieur), ont obtenu une SSM et une SG plus élevées.

Pourquoi est-ce important ?

  • Peu de données probantes comparant la CTNA et la CTA sont disponibles.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée auprès de 656 patients atteints d’un CVEM (de stade supérieur à pT2), issus de la base de données de l’étude internationale rétrospective sur le cancer urothélial (RISC) et qui ont fait l’objet d’une cystectomie entre 2005 et 2012.
  • 325 patients ont été traités par CTA et 331 patients par CTNA.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Dans le groupe CTNA, comparativement au groupe CTA, 74,9 % contre 71,1 % des patients ont fait l’objet d’une chimiothérapie à base de cisplatine.
  • La SSM médiane était significativement plus longue chez les patients faisant l’objet d’une CTNA, comparativement à ceux faisant l’objet d’une CTA (34,6 mois contre 24,9 ; RR : 0,78 ; P = 0,02).
  • Aucune différence n’a été observée entre la CTNA et la CTA au niveau de :
    • la SSC (115,2 mois contre 92,8 ; RR : 1,06 ; P = 0,70) ; et
    • la SG (51,7 mois contre 66,8 ; RR : 1,08 ; P = 0,57).
  • Dans le groupe CTNA, comparativement aux patients atteints d’une maladie de stade pT1 ou supérieur, ceux atteints d’une maladie de stade pT0 ont obtenu de meilleurs résultats concernant :
    • la SSM à cinq ans : 62 % contre 21 % (P 
    • la SG à cinq ans : 72 % contre 31 % (P 

Limites

  • Conception rétrospective.