Cumul emploi-retraite : un médecin libéral actif sur dix


  • Serge Cannasse
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le cumul emploi-retraite permet de percevoir des revenus professionnels tout en étant percevant une pension de retraite, à condition d’avoir atteint l’âge du taux plein et d’avoir fait valoir ses droits à la retraite, ou d’avoir l’âge légal de départ à la retraite et de justifier de la durée d’assurance nécessaire pour bénéficier d’une pension à taux plein. Depuis le 1 er janvier 2009, ces revenus professionnels ne sont plus soumis à un plafond. Conséquence : au 1 er janvier 2017, le nombre de médecins (libéraux et salariés) bénéficiant de ce cumul s’élevait à 19.240, soit sept fois plus qu’en 2007.

Aujourd’hui, 87% des médecins âgés de 61 à 64 ans poursuivent leur activité professionnelle, y compris parmi les retraités. Entre 65 et 69 ans, 43% des libéraux sont encore en exercice. Au-delà de 65 ans, près de 70% des médecins encore en activité sont des cumulants, 81% d’entre eux étant des hommes. Seuls 28% ont plus de 70 ans. Cependant 20% des médecins âgés de 70 à 79 ans exercent, alors qu’ils n’étaient que 14% en 2013.

D’une manière générale, tous sexes confondus, les médecins libéraux cessent leur activité professionnelle de plus en plus tard : 66,9 ans en 2017, soit un an et huit mois de plus qu’en 2011. Les femmes s’arrêtent plus tôt que les hommes : 65,9 ans contre 67,2 ans.

La part des médecins en cumul emploi retraite varie avec la spécialité. Par exemple, en 2018, elle s’élève à près du quart de l’ensemble des psychiatres en exercice, alors qu’elle n’est que de 6% chez les anesthésistes et les chirurgiens. Elle dépend aussi du secteur de conventionnement : 29% chez les médecins en secteur 1, 38% chez ceux en secteur 2. Au total, au 1 er janvier 2018, 46% des cumulants étaient des généralistes, 31% des spécialistes en secteur 1 et 23% des spécialistes de secteur 2. Les spécialistes sont ainsi majoritaires chez les cumulants, alors qu’ils ne le sont pas chez les médecins actifs.

Les spécialistes cessent toute activité plus tardivement dans les zones où ils sont nombreux, alors que les généralistes reculent leur départ à la retraite dans les zones où ils ne sont pas nombreux. Le type de territoire influe peu sur l’âge de cessation d’activité, à l’exception de l’agglomération parisienne : un médecin libéral sur cinq cumule emploi et retraite à Paris, contre un sur dix ailleurs en France (soit un peu plus de 12.000 médecins).

En 2014, en moyenne, le revenu libéral imposable des cumulants hommes s’élevait à 81.140 euros, contre 53.450 euros pour les femmes, la différence étant comparable à celle qui existait entre les actifs non cumulants et les actifs cumulants. Les montants moyens des pensions de retraite étaient proches chez les hommes et les femmes, s’élevant en moyenne à près de 40.000 euros.