CU avancé : quatre cycles d’une chimiothérapie à base de platine en première intention semblent adéquats

  • Sonpavde GP & al.
  • J Urol
  • 4 sept. 2018

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le fait de limiter une chimiothérapie d’association à base de platine en première intention à quatre cycles ne semble pas compromettre la survie chez les patients atteints d’un carcinome urothélial (CU) avancé.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les cliniciens visent un nombre de 6 cycles ou plus ; 3–5 cycles de chimiothérapie d’association à base de platine en première intention pourraient convenir au traitement du CU avancé.
  • Des essais prospectifs sont nécessaires afin de confirmer les résultats.

Protocole de l’étude

  • Étude menée auprès de 472 patients atteints d’un CU avancé issus de la base de données de l’étude internationale rétrospective sur le cancer de l’urothélium invasif/avancé (RISC) qui ont reçu du cisplatine (n = 338) ou du carboplatine (n = 134).
  • Financement : Institut national américain du cancer (National Cancer Institute).

Principaux résultats

  • La durée médiane de suivi était de 35,8 mois.
  • 157 patients ont reçu 3–5 cycles (valeur médiane : 4) et 315 patients ont reçu 6–9 cycles (valeur médiane : 6).
  • La SG médiane était de 21,8 mois.
  • Aucune différence significative en termes de SG n’a été observée entre :
    • 3–5 et 6–9 cycles (RR : 1,02 ; P = 0,91).
    • Exactement 4 et 6 cycles (RR : 0,89 ; P = 0,57).
    • 3–5, 6, et 7–9 cycles (P global = 0,877).
  • Aucune interaction significative n’a été identifiée quant au type de platine (P = 0,09) et quant à l’achèvement de la chimiothérapie programmée (P = 0,56).

Limites

  • Protocole de l’étude rétrospectif.