CTD à faible risque : un passage aux soins en médecine générale après cinq ans est sûr, selon une étude britannique

  • Seejore K & al.
  • Clin Oncol (R Coll Radiol)
  • 7 févr. 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le suivi à long terme des patients atteints d’un cancer de la thyroïde différencié (CTD) à faible risque, avec stratification dynamique du risque (SDR), indique que le risque de récidive tardive est faible (0,26 %), ce qui suggère que le passage aux soins en médecine générale après cinq ans est raisonnable.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les recommandations de 2014 de l’Association britannique sur la thyroïde (British Thyroid Association) préconisent un suivi à vie, ce qui pourrait ne pas être nécessaire.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 9,9 ans (5 ans minimum et 17 ans maximum).
  • Une récidive radiologique est survenue chez 1,7 % des patients et était toujours précédée d’une récidive biochimique (taux de thyroglobuline/d’anticorps antithyroglobuline augmentant progressivement) dans les cinq ans suivant le diagnostic.
  • Six patients (0,79 %) ont présenté une élévation du taux de thyroglobuline après cinq ans, mais n’ont pas présenté de récidive radiologique.
    • Seuls 2 de ces patients (0,26 %) ont présenté une élévation persistante du taux de thyroglobuline (9 et 10,5 ans après la chirurgie diagnostique, respectivement).

Protocole de l’étude

  • 756 patients atteints d’un CTD à faible risque avec SDR ont été suivis après la chirurgie diagnostique.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Limites

  • Étude rétrospective et monocentrique.