CSTNm : l’association capivasertib + paclitaxel semble prometteuse dans l’essai de phase II PAKT

  • Schmid P & al.
  • J Clin Oncol
  • 16 déc. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le cancer du sein triple négatif métastatique (CSTNm) présente fréquemment une activation de la voie de la phosphatidylinositol-3-kinase (PI3K)/AKT.
  • Le capivasertib, un inhibiteur de l’AKT, lorsqu’il est associé au paclitaxel comme traitement de première intention dans le cadre du CSTNm, permet d’obtenir une meilleure survie que l’association placebo + paclitaxel dans l’essai de phase II PAKT.
  • Les meilleurs résultats ont été obtenus dans le sous-groupe de patientes atteintes de tumeurs avec anomalies des gènes PIK3CA/AKT1/PTEN.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats sont suffisamment prometteurs pour justifier le passage à un essai de phase III.

Protocole de l’étude

  • Essai de phase II, randomisé, en double aveugle et contrôlé par placebo.
  • Les patientes (N = 140) ont été affectées de manière aléatoire pour recevoir du paclitaxel 90 mg/m2 (jours 1, 8, 15) avec du capivasertib (400 mg deux fois par jour) ou un placebo (jours 2 à 5, 9 à 12, 16 à 19) tous les 28 jours jusqu’à la progression de la maladie ou une toxicité inacceptable.
  • Critère d’évaluation principal : SSP.
  • Financement : AstraZeneca ; Institut national pour la recherche en matière de santé (National Institute for Health Research) et Centre de recherche contre le cancer britannique (Cancer Research UK).

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 18,2 mois.
  • Le groupe capivasertib présentait une SSP médiane significativement plus longue (5,9 contre 4,2 mois pour le groupe placebo ; RR : 0,74 ; P unilatéral = 0,06, ce qui est significatif, car le seuil de signification a été prédéfini à P unilatéral = 0,10).
    • Dans le sous-groupe avec des anomalies des gènes PIK3CA/AKT1/PTEN, la SSP était de 9,3 mois avec l’association capivasertib + paclitaxel contre 3,7 mois avec l’association placebo + paclitaxel (RR : 0,30 ; P bilatéral = 0,01).
  • Le groupe capivasertib a présenté une SG médiane significativement plus longue (19,1 contre 12,6 mois ; RR : 0,61 ; P bilatéral = 0,04).
  • Les événements indésirables de grade supérieur ou égal à 3 les plus fréquents dans le groupe du capivasertib étaient : diarrhée, infection, neutropénie, éruption cutanée et fatigue.

Limites

  • Échantillon de petite taille.