CSTN précoce : un polymorphisme de PARP1 est associé à une amélioration de la SSM

  • Liao Y & al.
  • Sci Rep
  • 30 avr. 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un polymorphisme du gène PARP1 pourrait prédire une amélioration de la survie sans maladie (SSM) chez les patientes atteintes d’un cancer du sein triple négatif (CSTN), mais aucun des polymorphismes évalués n’était associé à une survie globale (SG) plus longue ou à la toxicité du traitement.

Pourquoi est-ce important ?

  • Cette étude a évalué l’impact sur la survie de nouveaux biomarqueurs identifiés au niveau du gène PARP1, chez des patientes atteintes d’un CSTN et traitées par anthracyclines/taxanes.
  • La protéine PARP1 est impliquée dans la réparation de l’ADN.
  • Le CSTN est une maladie très agressive avec un pronostic défavorable.

Protocole de l’étude

  • Une étude de cohorte rétrospective a été menée auprès de 272 patientes atteintes d’un CSTN de stade I–III.
  • Chaque polymorphisme évalué avait trois génotypes (TT était le génotype de référence).
  • Financement : Fondation des sciences naturelles de la province du Jiangxi, Chine.

Principaux résultats

  • Comparativement au génotype TT, le génotype TA du polymorphisme rs7531668 était associé à une amélioration de la SSM à 5 ans : 
    • 79,3 % pour TA, contre 69,2 % pour TT. 
    • Rapport de risque (RR) corrigé : 0,526 (P = 0,046).
  • Aucun des quatre autres polymorphismes inclus dans cette analyse n’était associé à la SSM.
  • Aucun d’entre eux n’a montré d’association avec la SG ou les toxicités du traitement (hématologiques et non hématologiques).
  • Dans l’ensemble de la cohorte, les facteurs pronostiques indépendants identifiés après l’analyse multivariée comprenaient :
    • la taille de la tumeur : RR de 2,829 (P = 0,037) ; et
    • le statut des ganglions lymphatiques : RR de 9,943 (P 

Limites

  • Étude monocentrique.
  • Il s’agit d’une étude rétrospective et observationnelle.