CSTN métastatique ou avancé : l’association éribuline et gemcitabine se montre puissante dans le cadre de l’essai ERIGE

  • Pellegrino B & al.
  • ESMO Open
  • 31 déc. 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’association éribuline et gemcitabine permet d’obtenir un taux de réponse globale (TRG) de 37,3 % avec une toxicité modérée chez les patientes atteintes d’un cancer du sein triple négatif (CSTN) localement avancé ou métastatique, d’après les résultats de l’essai ERIGE.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le traitement combiné associant un inhibiteur des microtubules (éribuline) et un analogue des nucléosides (gemcitabine) pourrait œuvrer de manière synergique contre un type de tumeur présentant une prolifération cellulaire élevée, un comportement agressif et une chimiorésistance.
  • Ces résultats sont suffisamment prometteurs pour justifier le passage à un essai de phase III.

Méthodologie

  • Un essai de phase II multicentrique a été mené en ouvert (N = 83) afin d’évaluer l’éribuline (0,88 mg/m2) en association avec la gemcitabine (1 000 mg/m2) aux jours 1 et 8 d’un cycle de 21 jours, dans le cadre du traitement de première ou de deuxième intention du CSTN localement avancé ou métastatique.
  • Financement : Roche ; Gruppo Oncologico Italiano di Ricerca Clinica ; autres.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 28,8 mois.
  • TRG : 37,3 %.
    • Taux de réponse complète : 2,4 %.
    • Taux de réponse partielle : 34,9 %.
  • Taux de bénéfice clinique : 48,8 %.
  • Durée de réponse médiane : 6,6 mois.
  • Survie sans progression (SSP) médiane : 5,1 mois.
  • Survie globale (SG) médiane : 14,5 mois.
  • Les événements indésirables de grades 3/4 les plus fréquents étaient l’élévation du taux d’aminotransférases chez 25 % des patientes, et la neutropénie chez 23,8 % des patientes.
  • Les patientes porteuses de mutations de BRCA1/2 ont obtenu un TRG, une SSP et une SG moins favorables que celles présentant un BRCA de type sauvage.

Limites

  • L’essai a été mené sans randomisation et sans groupe témoin.
  • Peu de patientes ont été incluses.
  • L’essai a été mené en ouvert.