CSTN métastatique : l’ipatasertib prolonge le bénéfice de SSP du paclitaxel en première intention

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement
À retenir
  • Chez les patients atteints d’un cancer du sein triple négatif (CSTN) métastatique, la SSP médiane est prolongée chez ceux recevant le nouveau médicament, l’ipatasertib, associé au paclitaxel, par rapport à ceux recevant l’association de placebo et de paclitaxel.
Pourquoi est-ce important ?
  • Le CSTN métastatique étant associé à un mauvais pronostic, cet essai de phase II présente un espoir pour une nouvelle classe de médicaments, les inhibiteurs d’AKT, et justifie des recherches plus approfondies dans le cadre d’un essai de phase III.
Conception de l’étude
  • Dans cet essai de phase II randomisé, contrôlé contre placebo et mené en double aveugle, 124 patients ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir une association de paclitaxel (80 mg/m2) et d’ipatasertib (400 mg) ou de paclitaxel et de placebo, tous les 28 jours jusqu’à une progression de la maladie ou une toxicité inacceptable.
  • Financement : F. Hoffmann-La Roche.
Principaux résultats
  • Le groupe recevant l’ipatasertib a présenté une SSP médiane plus longue de 6,2 mois contre 4,9 mois avec le placebo (RR : 0,60 ; P = 0,037).
  • 23 % des patients du groupe recevant l’ipatasertib ont souffert de diarrhée dans le domaine des événements indésirables de grade 3 ou plus contre 0 % dans le groupe recevant le placebo.
  • 28 % des patients du groupe recevant l’ipatasertib ont présenté des événements indésirables graves contre 15 % du groupe recevant le placebo.
Limites
  • Échantillons de taille relativement petite.