CSTN : l’ajout de capécitabine améliore la SSM dans le cadre d’un essai de phase III

  • Li J & al.
  • J Clin Oncol
  • 10 avr. 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un essai de phase III mené en Chine révèle que l’ajout de capécitabine a permis d’améliorer la survie sans maladie (SSM), chez des patientes atteintes d’un cancer du sein triple négatif (CSTN) non métastatique nouvellement diagnostiqué.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les recommandations thérapeutiques actuelles mentionnent que l’ajout de capécitabine est associé à un bénéfice, mais sans émettre de recommandation ferme en raison de données probantes insuffisantes à l’heure actuelle.
  • Les résultats de cet essai suggèrent que la capécitabine doit être officiellement intégrée aux recommandations thérapeutiques.

Protocole de l’étude

  • Un essai contrôlé randomisé (ECR ; CBCSG010) de phase III a été mené en ouvert afin d’évaluer l’ajout de capécitabine, comparativement à un groupe témoin (N = 585).
  • L’ajout de capécitabine consistait à administrer trois cycles de capécitabine associée à du docétaxel, suivis de trois cycles de capécitabine associée à de l’épirubicine et du cyclophosphamide.
  • Le groupe témoin a reçu trois cycles de docétaxel, suivis de trois cycles de l’association fluorouracile, épirubicine et cyclophosphamide.
  • Financement : ministère chinois de l’Éducation ; autre.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 67 mois.
  • Le groupe capécitabine a obtenu un taux de SSM à 5 ans plus élevé que le groupe témoin (86,3 %, contre 80,4 % ; rapport de risque [RR] : 0,66 ; P = 0,044).
  • La survie globale (SG) à 5 ans était numériquement plus élevée, mais pas significativement meilleure, dans le groupe capécitabine (93,3 %, contre 90,7 %, respectivement).
  • Aucun nouveau signe d’alerte concernant la sécurité d’emploi n’a été observé, mais 39,1 % des patientes sous capécitabine ont nécessité des réductions de dose.

Limites

  • Protocole en ouvert.