CSP : moins de 50 % des femmes plus âgées reçoivent les soins recommandés

  • LeMasters T & al.
  • J Natl Compr Canc Netw
  • 1 juin 2018

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Moins de la moitié des femmes américaines âgées d’au moins 66 ans atteintes d’un cancer du sein précoce (CSP ; stades I–III) reçoivent les soins correspondant aux directives (SCD), les taux les plus bas étant observés chez les patientes âgées d’au moins 80 ans.

Pourquoi est-ce important ?

  • Des mesures diagnostiques et thérapeutiques doivent être mises en place afin d’améliorer la prestation des SCD aux femmes plus âgées.

Protocole de l’étude

  • Étude de cohorte observationnelle en population menée auprès de 142 433 femmes plus âgées atteintes d’un cancer du sein précoce provenant de la base de données Surveillance, épidémiologie et résultats finaux (Surveillance Epidemiology and End Results, SEER) couplée aux bases de données de Medicare (2007–2011).
  • Les soins réels ont été comparés aux SCD, sur la base des directives du Réseau national de lutte contre le cancer (National Comprehensive Cancer Network) relatives au cancer du sein, version 1.2009.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • 39,7 % de la cohorte ont reçu les SCD ; le taux le plus élevé a été observé chez les patientes de 70–74 ans (50,5 %) et le taux le plus bas chez celles de 80 ans ou plus.
  • Les groupes suivants étaient moins susceptibles de recevoir les SCD :
    • cancer du sein de stade II–III ;
    • certaines affections préexistantes ;
    • origine ethnique autre que blanche (P 
  • Les groupes suivants étaient plus susceptibles de recevoir les SCD :
    • tumeurs hormononégatives ;
    • tumeurs de plus haut grade ;
    • meilleur accès aux ressources oncologiques (P 
  • Par rapport aux patientes de 66–74 ans, celles âgées d’au moins 75 ans étaient :
    • environ 40 % moins susceptibles de recevoir les SCD ou une endocrinothérapie adjuvante ;
    • 78 % moins susceptibles de faire l’objet de toute intervention chirurgicale ;
    • 61 % moins susceptibles de recevoir une chimiothérapie (P 

Limites

  • La base de données SEER ne comprenait pas les tumeurs positives au récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain.