CSp : l’identification d’un seul GLS négatif ne présage pas de moins bons résultats

  • Wilkerson A & al.
  • Surg Oncol
  • 1 sept. 2018

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’identification d’un seul ganglion lymphatique sentinelle (GLS) ne présage pas de moins bons résultats que l’identification de plusieurs GLS négatifs, chez les patientes atteintes d’un cancer du sein précoce (CSp) à ganglions négatifs sur le plan pathologique.

Pourquoi est-ce important ?

  • 12 % à 15 % des GLS négatifs présentent des métastases occultes.
  • Certaines inquiétudes subsistaient quant au fait que la détection d’un seul GLS négatif, plutôt que plusieurs, puisse favoriser les faux négatifs et entraîner une sous-estimation du stade et un sous-traitement.

Protocole de l’étude

  • Une cohorte rétrospective de 730 patientes ayant un ou plusieurs GLS négatifs, déterminés par une biopsie des GLS, a été analysée. 206 avaient un seul GLS négatif (groupe N = 1), et 524 en avaient plusieurs (groupe N > 1).
  • Les GLS négatifs ont fait l’objet d’une ablation chirurgicale et les résultats des deux groupes ont été comparés.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • La durée médiane de suivi était de 57 mois.
  • Aucune différence n’a été identifiée entre les groupes au niveau du traitement chirurgical (mastectomie par rapport à chirurgie conservatrice du sein), du recours à une radiothérapie ou du recours à un traitement systémique.
  • Aucune différence n’a été identifiée entre les groupes (groupe N = 1 par rapport à groupe N > 1) au niveau des résultats suivants :
    • survie sans récidive (test logarithmique par rangs, P = 0,75) ;
    • SG (test logarithmique par rangs, P = 0,52) ;
    • mortalité liée au CS (2,4 % contre 2,7 %, respectivement ; P = 0,85) ;
    • récidive locale (1,9 % contre 2,1 %, respectivement ; P = 0,89) ; et
    • récidive à distance (2,4 % contre 2,3 %, respectivement ; P = 0,78).

Limites

  • Conception rétrospective.
  • Étude monocentrique.