CSp : l’ibandronate limite la perte de DMO sous IA dans l’étude de cinq ans BONADIUV

  • Livi L & al.
  • Eur J Cancer
  • 12 janv. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ibandronate, un bisphosphonate, réduit la perte osseuse, mais ne prolonge pas la survie, comparativement à un placebo, chez les femmes ménopausées atteintes d’un cancer du sein précoce (CSp) qui reçoivent des inhibiteurs de l’aromatase (IA), selon les données de l’étude de cinq ans BONADIUV.

Pourquoi est-ce important ?

  • Des bisphosphonates ont été proposés afin de réduire la perte osseuse et potentiellement d’augmenter la survie, chez les patientes traitées par IA, grâce à un nombre plus faible de fractures et/ou à la prévention des métastases osseuses.
  • Les données finales n’indiquent pas que les bisphosphonates prolongent la survie, bien qu’un suivi plus important puisse être nécessaire.

Protocole de l’étude

  • Un essai de phase II, en simple aveugle, contrôlé contre placebo (N = 171) portant sur l’administration d’ibandronate (150 mg) par voie orale 1 fois par mois pendant 2 ans, chez des femmes ménopausées ostéopéniques atteintes d’un CSp à récepteurs hormonaux positifs et recevant un IA.
  • La densité minérale osseuse (DMO) a été évaluée par absorptiométrie double énergie à rayons X (Dual-Energy X-Ray Absorptiometry, DXA).
  • Le critère d’évaluation principal était le score T à deux ans au niveau de la colonne lombaire (CL) et de la hanche totale (HT) ; le critère d’évaluation secondaire était la SG à cinq ans.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 63,3 mois.
  • À deux ans, l’ibandronate (comparativement au placebo) était associé à une perte osseuse moins importante au niveau de la CL (score T moyen : -1,15 ± 0,87 contre -1,72 ± 1,07 ; P 
  • Au suivi médian, aucune différence n’a été observée entre les deux groupes au niveau de la survie sans maladie invasive ou de la SG.

Limites

  • Étude monocentrique.
  • Aucune évaluation des fractures osseuses.