CSp : l’activité physique permet d’améliorer la QdV des patientes présentant une arthralgie induite par les IA

  • Baglia ML & al.
  • Cancer
  • 6 mars 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’essai contrôlé randomisé (ECR) HOPE révèle que les patientes ménopausées atteintes d’un cancer du sein précoce (CSp) à récepteurs hormonaux (Hormonal Receptors, HR) positifs, qui présentent une arthralgie induite par les inhibiteurs de l’aromatase (IA), obtiennent une meilleure QdV avec une intervention portant sur l’activité physique supervisée dans une salle de sport pendant un an, comparativement aux patientes témoins recevant les soins habituels.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les résultats de l’essai HOPE suggèrent que cette intervention pourrait prévenir l’arrêt du traitement et augmenter l’observance du traitement par IA.

Protocole de l’étude

  • Un ECR portant sur l’activité physique et la musculation, comparativement aux soins habituels, a été mené auprès de 121 survivantes d’un cancer du sein recevant des IA et présentant une arthralgie d’intensité au moins légère (définie comme un score d’au moins 3 à l’inventaire abrégé de la douleur [Brief Pain Inventory]).
  • L’intervention se composait de 150 minutes d’exercices aérobies et de 2 sessions de musculation par semaine pendant 1 an.
  • La mesure principale de la QdV s’appuyait sur le questionnaire d’évaluation fonctionnelle du traitement du cancer (Functional Assessment of Cancer Therapy, FACT) et ses sous-échelles.
  • Financement : NIH ; Fondation de recherche sur le cancer du sein (Breast Cancer Research Foundation), Centre de cancérologie de Yale (Yale Cancer Center).

Principaux résultats

  • À 12 mois, le groupe avec activité physique obtenait une amélioration plus importante dans les domaines suivants, comparativement aux patientes recevant les soins habituels :
    • QdV globale (FACT-Général à 27 items) : 8,0 contre 1,2 ; P = 0,002 ;
    • sous-échelle relative au cancer du sein (FACT-G à 27 items et échelle sur le cancer du sein à 10 items) : 2,2 contre 0,7 ; P = 0,03 ;
    • sous-échelle endocrinienne (Endocrine Subscale, FACT-ES à 19 items) : 5,5 contre 1,7 ; P = 0,003 ;
    • fatigue (Évaluation fonctionnelle du traitement des maladies chroniques [Functional Assessment of Chronic Illness Therapy, FACIT]-Fatigue à 13 items) : 5,7 contre 0,5 ; P = 0,0003.
  • Pour la majorité des critères d’évaluation, les résultats étaient plus parlants à 12 mois qu’à 6 mois.

Limites

  • Tous les items étaient auto-rapportés, avec un biais de rappel potentiel.