CSp à pronostic défavorable : l’ixabépilone échoue dans l’essai UNICANCER-PACS08

  • Campone M & al.
  • Eur J Cancer
  • 26 sept. 2018

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ajout d’ixabépilone ne confère aucun bénéfice de survie supplémentaire, comparativement à l’ajout de docétaxel, mais engendre plus d’événements indésirables (EI) de grade V, chez les patientes atteintes d’un cancer du sein de stade précoce (CSp) à pronostic défavorable.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les résultats de cet essai de phase III n’ont pas permis de démontrer que l’ixabépilone était supérieur au docétaxel en traitement d’appoint.

Protocole de l’étude

  • Un essai contrôlé randomisé (n = 762) a comparé trois cycles de traitement adjuvant par FEC (5-fluorouracile, épirubicine, cyclophosphamide), suivis de trois cycles de docétaxel (100 mg/m2) ou d’ixabépilone (40 mg/m2).
  • Les patientes atteintes d’un CS à pronostic défavorable présentaient un cancer du sein triple négatif (CSTN), ou à récepteur des œstrogènes (Estrogen Receptor, ER) positif/à récepteur de la progestérone (Progesterone Receptor, PR) négatif/à récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2, HER) négatif.
  • Une radiothérapie était nécessaire après une chirurgie conservatrice du sein ; les patientes ER+ ont reçu une endocrinothérapie.
  • Financement :  Bristol-Myers Squibb ; Amgen ; Ligue nationale contre le cancer.

Principaux résultats

  • La durée médiane de suivi était de 66,7 mois.
  • Aucune différence n’a été observée entre les groupes de traitement au niveau de la SSM à cinq ans (79 % avec le docétaxel contre 83 % avec l’ixabépilone ; RR : 0,80 ; P = 0,175), mais la SSM médiane n’a pas été atteinte.
  • Aucune différence n’a été observée entre les groupes de traitement au niveau de la SG à cinq ans (87 % avec le docétaxel contre 88 % avec l’ixabépilone ; RR : 0,97 ; P = 0,897), mais la SG médiane n’a pas été atteinte.
  • Les patientes présentant des infiltrats lymphocytaires de grades II–III ont obtenu une SSM plus longue avec l’ixabépilone (comparativement au docétaxel ; RR : 0,55 ; P = 0,063).
  • Deux patientes recevant de l’ixabépilone ont présenté des EI de grade V (neutropénie/infection dans les deux cas), et un nombre plus important de patientes sous ixabépilone, que sous docétaxel, ont présenté des neurotoxicités sensorielles ou motrices.

Limites

  • La cible de recrutement de 2 500 patientes n’a pas été atteinte.
  • Étude en ouvert.