CSm : un traitement locorégional de la tumeur primitive est associé à une meilleure SG dans une cohorte française

  • Pons-Tostivint E & al.
  • Ann Surg Oncol
  • 11 déc. 2018

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un traitement locorégional (TLR) de la tumeur primitive par radiothérapie (RT) et/ou chirurgie pourrait permettre de prolonger la SG de 35 %, comparativement à l’absence de TLR, chez les femmes atteintes d’un cancer du sein métastatique (CSm) de novo.
  • La majorité des types de tumeurs répondent au traitement, à l’exception du cancer du sein triple négatif (CSTN).

Pourquoi est-ce important ?

  • Au moment de la première consultation, 3 à 8 % des cas de cancer du sein sont de stade IV (CSm).
  • Le TLR est controversé, car il ne cible pas les métastases.
  • Les résultats de cette cohorte justifient l’organisation d’un essai contrôlé randomisé.

Protocole de l’étude

  • Une cohorte rétrospective (n = 4 276) de femmes présentant un cancer de stade IV au moment de la première consultation, issues de la base de données française sur le CSm du programme Épidémio-Stratégie Médico-Économique (ESMÉ), a été incluse.
  • 40 % des patientes ont fait l’objet d’un TLR (RT et/ou mastectomie ou chirurgie conservatrice du sein), tandis que 60 % n’ont pas fait l’objet d’un TLR.
  • 83,6 % des patientes du groupe TLR ont également fait l’objet d’une chimiothérapie, d’une thérapie ciblée ou d’une immunothérapie contre les métastases (contre 69,4 % des patientes du groupe sans TLR).
  • Financement : R & D UNICANCER.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 45,3 mois.
  • Un TLR (comparativement à l’absence de TLR) était associé à une augmentation de 35 % de la SG à un an (RR : 0,65 ; P 
  • Une meilleure SG à un an a été obtenue dans les sous-types à récepteurs hormonaux (Hormone Receptor, HR) positifs/à récepteur du facteur de croissance épidermique humain 2 (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2, HER2) négatif (P 
  • Une meilleure SG a été obtenue chez les patientes atteintes de métastases viscérales (P 

Limites

  • Conception observationnelle et rétrospective de l’étude.