CSm : quelles patientes retirent un bénéfice de la résection des métastases hépatiques ?

  • He X & al.
  • Clin Transl Oncol
  • 22 juin 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patientes atteintes d’un cancer du sein avec métastases hépatiques isolées (CSMH), plusieurs facteurs sont associés à une amélioration de la SG et de la survie sans récidive intrahépatique (SSRIH), y compris un intervalle de plus de deux ans entre la chirurgie du cancer du sein et le développement des métastases hépatiques.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le CSMH non traité est associé à une survie médiane de 4 à 8 mois seulement.
  • Il s’agit de la première tentative d’identifier les facteurs associés à un bénéfice chirurgical.

Protocole de l’étude

  • Une série de cas multicentrique de 67 patientes atteintes d’un CSMH et ayant fait l’objet d’une hépatectomie partielle a été analysée.
  • Financement : Fondation nationale des sciences naturelles de Chine ; autres.

Principaux résultats

  • SSRIH :
    • La SSRIH à 1, 2 et 3 ans était de 62,8 %, 32,6 % et 10,9 %, respectivement ; la durée médiane de la SSRIH était de 13,47 mois.
    • L’analyse multivariée a identifié deux facteurs prédictifs d’augmentation de la SSRIH : les tumeurs modérément différenciées (par rapport aux tumeurs mal différenciées ; rapport de risque [RR] : 0,259 ; P = 0,027) et plus de deux ans (contre deux ans ou moins) entre la chirurgie du cancer du sein et le développement des métastases hépatiques (RR : 0,270 ; P = 0,005).
  • SG :
    • La SG à 1, 2 et 3 ans était de 93,5 %, 73,7 % et 32,2 %, respectivement ; la durée médiane de la survie était de 57,59 mois.
    • L’analyse multivariée a identifié deux facteurs prédictifs d’une augmentation de la SG : la réalisation de la manœuvre de Pringle pendant la chirurgie hépatique, afin de contrôler la perte de sang (RR : 0,117 ; P = 0,044) et plus de 2 ans (contre 2 ans ou moins) entre la chirurgie du cancer du sein et le développement des métastases hépatiques (RR : 0,178 ; P = 0,033).

Limites

  • Le processus de sélection des patientes n’était pas entièrement clair.
  • Échantillon de petite taille.
  • Protocole de l’étude sans randomisation.