CSm HR+ : l’association évérolimus et exémestane est un traitement de deuxième intention efficace après un inhibiteur des CDK4/6

  • Cook MM & al.
  • Oncologist
  • 23 nov. 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un traitement combiné à base d’évérolimus (EVE) et de l’inhibiteur stéroïdien de l’aromatase exémestane (EXE) constitue un traitement de deuxième intention sûr et efficace chez les patientes atteintes d’un cancer du sein métastatique (CSm) à récepteurs hormonaux positifs (Hormone Receptor-positive, HR+) préalablement traité par inhibiteur non stéroïdien de l’aromatase (INSA) et inhibiteur des kinases dépendantes des cyclines 4/6 (Cyclin-Dependent Kinases 4/6 inhibitor, CDK4/6i).

Pourquoi est-ce important ?

  • Aucun CDK4/6i n’était disponible lorsque l’association EVE/EXE a été autorisée pour la première fois.
  • Un CDK4/6i, combiné à un INSA, constitue désormais le traitement de première intention du CSm HR+.

Méthodologie

  • Une cohorte rétrospective monocentrique en pratique réelle a analysé 43 patients afin de comparer la survie sans progression (SSP) et la survie globale (SG) entre les patients recevant l’association EVE/EXE après un traitement de première intention antérieur par INSA et CDK4/6i (groupe CDK4/6i) et ceux recevant un INSA seul (groupe naïf de CDK4/6i).
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Aucune différence n’a été observée au niveau de la SSP entre les patients recevant l’association EVE/EXE dans le groupe ayant préalablement reçu un CDK4/6i et ceux dans le groupe naïf de CDK4/6i témoin (médiane : 3,6 mois, contre 4,2 mois, respectivement).
    • Rapport de risque (RR) de 1,22 (P = 0,538).
  • Dans le groupe ayant préalablement reçu un CDK4/6i, la SG (EVE/EXE) n’était pas significativement plus longue que dans le groupe naïf de CDK4/6i témoin (15,6 mois, contre 11,3 mois, respectivement).
    • RR de 0,70 (P = 0,308).
  • 20,9 % des 43 patients ont nécessité une réduction de la dose d’EVE (11,8 % dans le groupe CDK4/6i et 26,9 % dans groupe témoin ; P = 0,281).

Limites

  • Les échantillons étaient de petite taille.
  • Il s’agissait d’une étude monocentrique.
  • La méthodologie de l’étude était observationnelle et rétrospective.