CSa : les inhibiteurs CDK4/6 en traitement adjuvant offrent une meilleure SSP chez les patientes d’origine asiatique

  • Lee KWC & al.
  • Breast Cancer Res Treat
  • 21 nov. 2018

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans une méta-analyse, les patientes asiatiques atteintes d’un cancer du sein avancé (CSa) semblent retirer un plus grand bénéfice au niveau de la SSP des inhibiteurs des kinases cycline-dépendantes 4/6 (Cyclin-Dependent Kinase 4/6, CDK4/6) en traitement adjuvant que les patientes qui ne sont pas d’origine asiatique.
  • Il n’existe aucune différence interethnique concernant la sécurité d’emploi des inhibiteurs CDK4/6.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les résultats ne se traduisent pas encore par des changements dans les pratiques cliniques en fonction de l’origine ethnique.

Protocole de l’étude

  • Méta-analyse de 4 essais contrôlés randomisés (n = 2 499) ayant répondu aux critères d’éligibilité après une recherche menée dans les bases de données PubMed, MEDLINE et EMBASE : MONALEESA-2, MONALEESA-7, PALOMA-2 et MONARCH-3.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • Les patientes ont reçu une endocrinothérapie ainsi qu’un inhibiteur CDK4/6 (n = 1 441 ; ribociclib [46,4 %], palbociclib [30,8 %] ou abémaciclib [22,8 %]) ou une monothérapie endocrinienne (n = 1 058).
  • L’endocrinothérapie + inhibiteur CDK4/6 (par rapport à la monothérapie endocrinienne) a prolongé la SSP de 44 % (RR : 0,56 ; P 
  • Dans les sous-groupes de patientes asiatiques, la SSP a été prolongée de 61 % (RR : 0,39 ; P 
  • Dans les sous-groupes de patientes qui n’étaient pas d’origine asiatique, la SSP a été prolongée de 38 % (RR : 0,62 ; P 
  • Le RR combiné de la SSP était plus élevé pour les patientes asiatiques (0,39 contre 0,62 ; P d’interaction = 0,002).
  • Aucune différence interethnique concernant la toxicité n’a été constatée entre l’endocrinothérapie + inhibiteur CDK4/6 et la monothérapie endocrinienne.
  • Limites

    • L’origine ethnique a été déclarée par les patientes ou s’est basée sur le pays sans qu’il y ait de définitions standard.
    • Hétérogénéité modérée à élevée entre les études.