CSa : l’association palbociclib et fulvestrant améliore la SG dans certains sous-groupes de l’étude PALOMA-3

  • Turner NC & al.
  • N Engl J Med
  • 20 oct. 2018

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’association palbociclib et fulvestrant ne permet pas de prolonger la SG chez les patientes atteintes d’un cancer du sein avancé (CSa) à récepteurs hormonaux (Hormone Receptors, HR) positifs et à récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2, HER2) négatif. 
  • Cependant, cette association prolonge la SG dans les sous-groupes de patientes ménopausées qui ont des antécédents de sensibilité à l’endocrinothérapie (ET) au moment de l’entrée dans l’étude.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’association palbociclib et fulvestrant est une alternative thérapeutique particulièrement satisfaisante chez les patientes ménopausées atteintes d’un CSa HR+/HER2- et chez celles ayant des antécédents de sensibilité à l’ET.

Protocole de l’étude

  • Il s’agit d’une analyse préspécifiée de la SG de PALOMA-3, un essai de phase III randomisé, en double aveugle, contrôlé par placebo comparant l’association palbociclib et fulvestrant à l’association placebo et fulvestrant.
  • Les facteurs de stratification préspécifiés étaient la présence ou l’absence d’antécédents de sensibilité à l’endocrinothérapie, d’une maladie métastatique viscérale et le statut ménopausique.
  • Financement : Pfizer.

Principaux résultats

  • 521 patientes ayant été randomisées ont été suivies pendant une durée médiane de 44,8 mois.
  • Le groupe palbociclib et fulvestrant a obtenu une SG médiane plus longue, mais de manière non significative (34,9 contre 28,0 mois dans le groupe placebo et fulvestrant ; RR : 0,81 ; P = 0,09).
    • L’association palbociclib et fulvestrant a permis d’obtenir une SG médiane plus longue dans le sous-groupe de patientes ayant des antécédents de sensibilité à l’ET (39,7 contre 29,7 mois ; RR : 0,72 ; IC à 95 % : 0,55–0,94) et dans le sous-groupe de patientes ménopausées (RR : 0,73 ; IC à 95 % : 0,57–0,95), mais pas dans le sous-groupe de patientes présentant des métastases viscérales.
  • Les patientes du groupe palbociclib et fulvestrant (comparativement au groupe placebo et fulvestrant) ont présenté un délai médian plus important jusqu’à l’administration d’une chimiothérapie (17,6 mois contre 8,8 ; RR : 0,58 ; P 
  • Aucune nouvelle toxicité n’est apparue.

Limites

  • Aucune identifiée.