CS : une RT du côté gauche et une dose élevée de doxorubicine augmentent le risque d’événements CV dans le cas d’une RCTC

  • Kim DY & al.
  • J Cardiol
  • 28 févr. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patientes atteintes d’un cancer du sein (CS) et exposées à une radiochimiothérapie concomitante (RCTC) présentent un risque accru d’événements cardiovasculaires (CV), selon une étude de cohorte rétrospective portant sur une période de 10 ans.
  • Le risque CV est encore plus élevé dans le cas d’une radiothérapie (RT) du côté gauche, car cela entraîne l’administration de doses plus élevées de rayonnements dans le cœur, et dans le cas d’une dose cumulative de doxorubicine supérieure ou égale à 250 mg/m2.

Pourquoi est-ce important ?

  • Chez les patientes atteintes d’un CS qui font l’objet d’une RT du côté gauche et qui reçoivent des doses plus élevées de doxorubicine, la survenue d’une hypertension doit être surveillée.

Protocole de l’étude

  • Une cohorte rétrospective composée de 660 patientes consécutives atteintes d’un CS, de plus de 50 ans, a été analysée à partir de 4 centres coréens, entre novembre 2005 et septembre 2015.
  • Le critère d’évaluation principal était l’incidence d’événements CV, y compris la mortalité CV, l’infarctus du myocarde, l’insuffisance cardiaque et l’accident vasculaire cérébral.
  • Financement : ministère coréen des Sciences, des TIC et de la Planification future ; Fonds de recherche de l’Université de Hallym.

Principaux résultats

  • 2,1 % des patientes ont présenté un événement CV au cours du suivi médian de 47,1 mois (intervalle interquartile : 24,4–67,3).
  • L’analyse multivariée a révélé qu’une RT du côté gauche était associée à un taux plus élevé d’événements CV (taux d’incidence : 1,95/100 personnes-années) chez les patientes recevant une dose cumulative de doxorubicine supérieure ou égale à 250 mg/m2 (RR : 6,57 ; P 2 (taux d’incidence : 0,34/100 personnes-années ; RR : 1,00 ; P = 0,99), comparativement à une RT du côté droit et une dose de doxorubicine inférieure à 250 mg/m2.

Limites

  • Faible nombre d’événements CV.
  • Les résultats pourraient ne pas être applicables aux patientes de moins de 50 ans.
  • Étude observationnelle dans sa conception.