CS précoce : un traitement par trastuzumab de neuf semaines échoue dans l’essai italien Short-HER

  • Conte P & al.
  • Ann Oncol
  • 13 sept. 2018

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ajout d’un traitement adjuvant par trastuzumab pendant neuf semaines, comparativement à un an, ne peut pas revendiquer une non-infériorité au niveau de la SSM et de la SG, mais le schéma de neuf semaines réduit le risque de toxicité cardiaque sévère chez les patientes atteintes d’un cancer du sein (CS) précoce à récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2, HER2) positif.

Pourquoi est-ce important ?

  • Un traitement par trastuzumab d’un an doit demeurer le traitement de référence, mais le traitement de neuf semaines doit être envisagé chez les patientes ayant présenté des événements cardiaques pendant le traitement ou chez celles présentant un faible risque de rechute.

Protocole de l’étude

  • Un essai contrôlé randomisé et multicentrique de phase III a été mené afin d’évaluer des associations séquentielles d’anthracyclines et de taxanes avec un traitement par trastuzumab d’un an (bras de traitement long ; n = 627) ou de neuf semaines (bras de traitement court ; n = 626).
  • Les patientes étaient atteintes d’un cancer du sein HER2+ de stades I–IIIA ayant fait l’objet d’une résection chirurgicale avec au moins un ganglion positif ou, si tous les ganglions étaient négatifs, un autre facteur de risque, tel qu’une taille pathologique de la tumeur supérieure à 2 cm ou un grade histologique de 3.
  • La non-infériorité était atteinte si la limite supérieure de l’IC à 90 % était inférieure à 1,29.
  • Financement : Agenzia Italiana del Farmaco.

Principaux résultats

  • La non-infériorité n’a pas été atteinte pour la SSM à cinq ans (88 % dans le bras de traitement long, contre 85 % dans le bras de traitement court ; RR : 1,13 ; IC à 90 % : 0,89–1,42) et pour la SG à cinq ans (95,2 % contre 95,0 %, respectivement ; RR : 1,07 ; IC à 90 % : 0,74–1,56).
  • Le taux d’événements cardiaques graves (grade supérieur ou égal à 2) était plus faible dans le bras de traitement court (4,3 % contre 13,1 % dans le bras de traitement long ; risque relatif : 0,33 ; P 

Limites

  • Mise en aveugle non précisée.