CS précoce : l’IRM et la TMN sont les plus performantes pour évaluer la réponse tumorale par imagerie à une CTNA dans une étude coréenne

  • Park J & al.
  • Eur J Radiol
  • 1 nov. 2018

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’IRM et la tomosynthèse mammaire numérique (TMN) présentent une meilleure performance que l’échographie mammaire automatisée (Automated Breast Ultrasound, ABUS) et la mammographie (MG) pour la détection de la taille de la tumeur et la prédiction de la réponse pathologique complète (RPc) après une chimiothérapie néoadjuvante (CTNA) pour un cancer du sein (CS) précoce.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’examen d’imagerie de la tumeur résiduelle après une CTNA est l’un des principaux éléments permettant de déterminer s’il faut recourir à la chirurgie conservatrice du sein (CCS) ou à la mastectomie.
  • Les résultats suggèrent de s’appuyer sur l’IRM ou la TMN.

Protocole de l’étude

  • Cohorte rétrospective et observationnelle de 51 patientes de stade II–III atteintes d’un CS ayant fait l’objet d’une CTNA.
  • Pour détecter la taille de la tumeur, les résultats de chaque méthode d’imagerie ont été comparés avec la taille pathologique de la tumeur par le calcul du coefficient de corrélation intraclasse (CCI).
  • Pour prédire la RPc, une analyse de la fonction d’efficacité du récepteur (Receiver Operating Characteristics, ROC) a été utilisée pour chaque méthode d’imagerie.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • L’IRM et la TMN ont présenté une meilleure corrélation avec la pathologie que la MG et l’ABUS :
    • IRM : CCI de 0,83 ;
    • TMN : CCI de 0,63 ;
    • MG : CCI de 0,56 ; et
    • ABUS : CCI de 0,55.
  • La différence entre l’IRM et la pathologie était statistiquement supérieure à la différence entre la MG (P = 0,0231) et l’ABUS (P = 0,0039) et la pathologie, mais n’était pas statistiquement supérieure à la différence entre la TMN et la pathologie (P = 0,5727).
  • L’IRM et la TMN ont mieux prédit la RPc au moyen de l’aire sous la courbe ROC :
    • IRM : 0,92 (référence) ;
    • TMN : 0,84 contre 0,92 (P = 0,3794) ;
    • MG : 0,72 contre 0,92 (P = 0,0972) ; et
    • ABUS : 0,75 contre 0,92 (P = 0,0596).

Limites

  • Échantillon de petite taille.
  • Étude observationnelle dans sa conception.