CS : la chirurgie est d’un bénéfice incertain pour la prévention ou le traitement du lymphœdème

  • Markkula SP & al.
  • Cochrane Database Syst Rev
  • 19 févr. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les données probantes sont trop limitées et incertaines pour appuyer des interventions chirurgicales visant à prévenir ou traiter le lymphœdème (LE) après un traitement du cancer du sein (CS).

Pourquoi est-ce important ?

  • Le LE est une complication courante du traitement du CS (dissection des ganglions lymphatiques, mastectomie, radiothérapie ou les deux).
  • Des essais contrôlés randomisés (ECR) bien conçus sont nécessaires pour établir le rôle de la chirurgie dans le cadre de la prévention ou du traitement du LE.

Protocole de l’étude

  • Une revue et une méta-analyse de 3 ECR (n = 131) après la revue, incluant le registre spécialisé du groupe Cochrane sur le cancer du sein (Cochrane Breast Cancer Group’s Specialized Register), le registre Cochrane d’essais contrôlés (Cochrane Register of Controlled Trials) et les bases de données MEDLINE, EMBASE et ClinicalTrials.gov.
  • Financement : Aucune source externe ou interne.

Principaux résultats

  • 2 ECR sur la prévention (n = 95) :
    • L’anastomose lymphaticoveinulaire pourrait réduire l’incidence du LE (par rapport à une prise en charge non opératoire ; risque relatif [RR] : 0,20 ; P = 0,006) avec des données ayant un faible degré de certitude.
  • 1 ECR sur le traitement (n = 36) :
    • Le transfert de ganglions lymphatiques vascularisés pour le LE de stade II a un très faible degré de certitude pour chacun de ces critères d’évaluation :
      • la réduction du volume des membres (différence moyenne [DM] : -39,00 % ; IC à 95 % : -47,37 à -30,63 %) ;
      • la réduction des scores de douleur (DM : -4,16 ; IC à 95 % : -5,17 à -3,15) ;
      • la réduction de la sensation de lourdeur (DM : -4,27 ; IC à 95 % : -5,74 à -2,80) ;
      • le nombre moyen d’infections/année (DM : -1,22 ; IC à 95 % : -2 à -0,44) ; et
      • l’amélioration de la fonction globale (DM : -3,77 ; IC à 95 % : -4,89 à -2,65).

Limites

  • Les 2 ECR sur la prévention provenaient du même établissement.
  • Le risque de biais n’a pas été clairement établi dans les 3 ECR.
  • Échantillons de petite taille.