CS HR+ précoce et à faible risque : l’omission de la RT s’avère sûre après une chirurgie conservatrice du sein

  • J Natl Cancer Inst

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une analyse groupée de sept essais révèle que l’omission de la radiothérapie (RT) après une chirurgie conservatrice du sein (CCS) n’a aucun effet sur la récidive à distance ou la survie, mais augmente légèrement le taux de récidive locorégionale (RLR) chez les patientes à faible risque, atteintes d’un cancer du sein de stade I à récepteurs hormonaux (Hormone Receptors, HR) positifs, et présentant un faible risque de récidive selon le score Oncotype.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats suggèrent que les patientes à faible risque peuvent envisager d’omettre la RT après une CCS.

Protocole de l’étude

  • Une analyse groupée de sept essais cliniques menés auprès de femmes à faible risque (n = 1 778) a comparé les résultats après une CCS, selon qu’une RT avait été administrée ou non.
  • Un risque faible était défini comme un cancer du sein de stade I, HR+ et un score Oncotype inférieur ou égal à 18.
  • Les patientes ont reçu une hormonothérapie, mais pas de chimiothérapie.
  • Financement : NIH ; Fondation pour la recherche sur le cancer du sein (Breast Cancer Research Foundation) ; Société américaine d’oncologie préventive (American Society of Preventive Oncology).

Principaux résultats

  • L’omission de la RT (comparativement à l’administration d’une RT) n’a eu aucun impact sur la récidive à distance (P = 0,90), la survie spécifique au cancer du sein (P = 0,85) ou la SG (P = 0,61), mais elle était associée à une augmentation de la RLR (RR : 3,91 ; P = 0,001).
  • L’omission de la RT (comparativement à l’administration d’une RT) était associée à une augmentation relative du risque global de récidive locorégionale, à distance et de décès lié au cancer du sein (RR : 2,59 ; P = 0,003), mais la différence absolue au niveau de l’intervalle sans récidive à cinq ans était minime (97,9 % avec RT contre 93,5 % sans RT ; différence absolue : 4,4 % ; P = 0,03).

Limites

  • Petit nombre de participantes.