CS HER2- : le célécoxib entraîne des résultats de survie défavorables avec une CTNA à base de docétaxel

  • Hamy AS & al.
  • J Clin Oncol
  • 31 janv. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le célécoxib était associé à une survie sans événement (SSE) défavorable, lorsqu’il était administré avec une chimiothérapie néoadjuvante (CTNA) à base de docétaxel, chez des patientes atteintes d’un cancer du sein (CS) à récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain (HER2) négatif, dans le cadre d’une analyse exploratoire post-hoc de l’essai REMAGUS02.
  • L’effet est plus intense chez les patientes dont la tumeur présente une faible expression du gène COX-2, également nommée tumeur à prostaglandine-endoperoxide synthase 2 (PTGS2) négative et/ou tumeur à récepteurs des œstrogènes (Estrogen Receptor, ER) négatifs.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le célécoxib doit être évité en cas d’administration d’une CTNA à base de docétaxel.

Protocole de l’étude

  • Une analyse exploratoire post-hoc a été menée auprès de patientes présentant un sous-type HER2 (n = 156), avec les données relatives à l’expression de PTGS2 avant le traitement.
  • Les patientes sont issues de l’essai de phase II REMAGUS02, qui avait permis de confirmer une absence de bénéfice à l’ajout du célécoxib à la CTNA à base de docétaxel ; la justification de l’étude résidait dans le fait que le célécoxib pouvait bloquer les enzymes nécessaires à la croissance cellulaire.
  • Financement : Programme Hospitalier de Recherche Clinique, France.

Principaux résultats

  • Le groupe célécoxib (par rapport au groupe sans célécoxib) a présenté une SSE plus courte (RR : 1,7 ; P = 0,046).
  • Le célécoxib a interagi de manière significative avec l’expression de PTGS2 et les tumeurs de sous-type ER :
    • l’effet sur la SSE était plus intense avec une faible expression de PTGS2 (RR : 3,01 ; P = 0,002) et le sous-type ER- (RR : 13,45 ; P = 0,002).

Limites

  • Analyse post-hoc.
  • Analyses par statut ER ou PTGS2 non préspécifiées, ce qui ne permet pas nécessairement d’en déduire une causalité.