CROI : Prévention du VIH : le nœud du problème alors que des solutions existent

  • Dr Chloe Vaneeren

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L'ONUSIDA/OMS estime que le nombre de patients vivant avec le VIH dans le monde en 2017 est de 31,1 à 43,9 millions. Parmi ceux-ci, 1,8 millions sont nouvellement infectés et 0,9 million sont décédés de leur infection. Et, si le nombre de nouvelles infections a décliné aux États-Unis et dans certains pays africains grâce au PEPFAR (un plan d'aide d'urgence contre le SIDA à l'étranger lancé par George Bush en 2003), c'est loin d'être le cas partout, notamment dans la classe des 15-24 ans, ou chez les homosexuels, ou encore chez les afro-américains.

Douches rectales, anneaux vaginaux, implants, comprimés ou injections

De quoi disposons-nous actuellement pour prévenir l'infection ?

men who have sex with menMalgré cette efficacité, il faut regretter qu'au niveau mondial, seuls 1 % à 3 % des potentiels bénéficiaires y ont recours








Cela dit, et quelles que soient les possibilités en prévention, il faut garder en tête la réémergence des autres IST, et l'épidémie des toxicomanies qui multiplient les comportements sexuels à risque. Dans ce contexte, il n'y a pas de prévention optimale uniforme. Elle doit être différente selon les individus, selon le moment de leur vie et selon leur statut socio-économique