CROI : Chemsex : une syndémie préoccupante chez les GBMSM

  • Dr Chloe Vaneeren

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les GBMSM (Gay, Bisexual and other Men who have Sex with Men) ont un risque 3 fois plus important de dépression et 6 fois plus marqué de suicide que la population générale. Ils sont aussi plus souvent fumeurs (RR [risque relatif] = 2,4), alcooliques (RR = 2) et consommateurs de drogues (RR = 3), toutes conditions qui les rendent plus susceptibles d'avoir des rapports anaux sans préservatif (OR [odds ratio] = 3,46)… Leurs conditions de vie les rendent également plus susceptibles de consommer des substances illicites : stigmatisation, discrimination, harcèlement homophobe, rejet sociétal, confrontation directe à un diagnostic de positivité du VIH, brutalité des rapports, …
De quoi parle-t-on ?

chemical sexHorny and High


sex toys


Et le futur ?



https://santemontreal.qc.ca/fileadmin/fichiers/professionnels/DRSP/sujets-a-z/HARSAH/Depliant-Sex-Party-vf-Web.pdf