CROI 2020 – Le poids des femmes en post-partum est plus élevé sous traitement à base de dolutégravir que sous traitement à base d'éfavirenz


  • Liz Scherer
  • Conference Reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Messages principaux

Dix-huit mois post-partum, les femmes infectées par le VIH ont un poids corporel significativement supérieur lorsqu’elles sont traitées par un schéma comportant du dolutégravir (DTG) que lorsqu'elles sont traitées par un schéma comportant l'éfavirenz (EFV), leur poids étant en revanche similaire à celui observé parmi les femmes non infectées (VIH-).

Pourquoi est-ce important ?

La rétention de poids post-partum peut influencer le risque cardiométabolique, ce qui peut motiver un suivi et une éventuelle prise en charge.

Résultats clés

Cette analyse comparative secondaire du gain de poids post-partum a été menée parmi les femmes VIH et celles non infectées incluses dans l'étude Botswanan Tshilo Dikotla. Elle a intégré 406 femmes dont 170 traitées par DTG, 114 par EFV et 122 femmes VIH-. Celles sous EFV étaient globalement plus âgées (âge médian 33 ans versus 28,5 ans et 25 ans respectivement pour DTG et les VIH-).

Le gain de poids hebdomadaire moyen entre les 2e et 3e trimestres était supérieur chez les femmes VIH- (0,3 versus 0,2 et 0,1 kg/sem sous DTG et EFV respectivement, p

Au cours des 18 mois suivant l’accouchement, les femmes traitées par DTG avaient en moyenne un poids supérieur de 5 kg par rapport à celles sous EFV (ß=5,0, pe et le 3e trimestres, le diabète gestationnel et la durée de l'allaitement.

La différence persistait dans une analyse en sous-groupe après ajustement supplémentaire intégrant le taux de lymphocytes T CD4, la charge virale, et le fait d’être ou non traitée par antirétroviraux lors de la conception (ß=2,4, p=0,04). Concernant ce dernier paramètre, 86% des femmes du groupe EFV et 45,3% de celles sous DTG l’étaient déjà à la conception.

Ce constat ne peut encore être généralisé, "d'autres études visant à évaluer les mécanismes relatifs aux variations et maintien de poids en post-partum sont nécessaires", a expliqué le principal auteur de l’étude, le docteur Jao, dans sa présentation vidéo.

Financement

L’étude a été financée par le NIH.